On parle de mes livres ici :



- Pour Le Pommier de Cali

* Sur le blog de Mya's book :
http://mya.books.over-blog.com/2015/05/le-pommier-de-cali.html
C'est un joli coup de coeur, que je vous présente aujourd'hui. Un album tout en douceur et en poésie qui parle de patience, d'observation et d'affection. Un tout petit pommier a été planté à la naissance de Cali, un arbre "rien que pour lui". Son grand-père en prend d'abord soin pour lui et bientôt Cali grandit et c'est à son tour de veiller sur le pommier. Il l'observe et grandit en même temps que lui. Le temps passe, les saisons défilent, mais Cali est toujours fidèle au poste et rend visite chaque jour à son arbre. On observe avec lui les changements qui s'opèrent. On regarde ces deux-là changer, grandir, s'épanouir. Quelle belle image de la vie !
 Ce petit album est tellement adorable ! Je n'arrête pas de le relire et de le feuilleter. Je suis vraiment sous le charme. Les mots de Nancy Guilbert sont doux et poétiques et les illustrations de Cécile Vangout le sont tout autant. C'est un duo qui fonctionne vraiment très bien. Il y a tellement de tendresse, tellement d'amour entre ces pages ! La relation entre ce grand-père et son petit-fils est touchante. Le grand-père apprend à l'enfant à être patient et à prendre soin des autres. Il l'encourage à observer le cycle des saisons et les changements qui surviennent dans la nature. Cali, au départ, fougeux et impatient, devient calme et raisonnable. On le voit grandir sous nos yeux en même temps que l'arbre et acquérir grâce à lui et à son grand-père une certaine sagesse. Il fait preuve de beaucoup de générosité et fait tout ce qu'il peut pour que son arbre se sente bien. C'est émouvant et adorable !
 Cette histoire me touche particulièrement car nous avons fait la même chose à la naissance de nos enfants. Un pommier a été planté pour chacun d'eux chez Papi et Mamie et chaque fois que nous leur rendons visite, les petits vont voir leurs pommiers, les arrosent, les observent et attendent avec impatience de voir les premières pommes...
En quelques mots :
Coup de coeur pour cet album émouvant et plein de douceur.


* Sur le blog de Pauline d'Entre les Pages :

Quand Cali est né, son grand-père a planté un pommier. C’est le pommier de Cali. Ravi de ce cadeau, l’éléphanteau s’en occupe comme d’un ami. Il sait qu’il doit en prendre soin s’il veut que son arbre lui donne de belles pommes. Un amour qu’il doit conjuguer à l’apprentissage du rythme de la nature et donc à la patience. Un amour qui est en fait une nouvelle branche de celui qu’il partage déjà avec ses grands-parents.

Comme avec Maya et son petit Ta, Nancy Guilbert et Cécile Vangout content ici une formidable petite mais très grande histoire pleine de tendresse et de sagesse. Une vraie histoire puisque beaucoup de famille plantent des arbres quand des enfants naissent. Mais c’est comme si, en ouvrant ce livre, il était enfin possible de voir ce que ce geste représente réellement. Le pommier de Cali est apaisant et infiniment touchant

* Sur le blog de Lylou de Livres et Merveilles :
http://www.livres-et-merveilles.fr/2015/06/le-pommier-de-cali-nancy-guilbert-cecile-vangout-les-editions-eveil-et-decouvertes.html

♥ Un album à croquer ♥

Quel joli petit livre, avec pour seule couleur le rouge, celui des pommes bien mûres ! Le Pommier de Cali est un album que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire et à regarder ; un album tendre, comme je les aime ; un album qui véhicule plusieurs messages qu’il me semble important de transmettre aux enfants. Un coup de cœur sans aucun doute ! (Encore ? Et bien oui !)
Ce petit album au format carré, écrit par Nancy Guilbert, illustré par Cécile Vangout et publié par Les Éditions Éveil et Découvertes, est très doux et particulièrement touchant. C’est un livre émouvant car il aborde les relations entre les enfants et les grands-parents, la patience ainsi que le rythme des saisons et de la vie.




La nature fait son travail sous le regard bienveillant d’un enfant. Les saisons passent, Cali grandit, évolue, apprend. Il chérit son arbre comme le lui a montré son grand-père. La transmission du savoir par les plus âgés est si importante. Il va donc le soigner, observer la nature qui l’entoure et accepter le cycle lent des saisons.
Le texte de Nancy Guilbert est joli, soigné et poétique, comme toujours... Les illustrations de Cécile Vangout sont belles en noir et blanc, rehaussées de rouge. Le petit éléphant est craquant avec ses joues rougies. Malgré l’apparente simplicité des dessins, les détails ne manquent pas.
C’est un livre que l’on prend autant de plaisir à lire qu’à regarder. Les traits du crayon sont légèrement apparents et je trouve que cela donne du charme à l’ensemble.
Décidément Nancy Guilbert et Cécile Vangout font des merveilles. Rappelez-vous de Maya et son petit ta, un album tout doux sur un doudou... Le Pommier de Cali est tout aussi réussi !


* Sur le blog Sous le Feuillage de Laël

http://souslefeuillage.blogspot.fr/2015/06/le-pommier-de-cali.html


Je remercie les éditions Eveil et Découvertes pour ce très joli album, doux et poétique. C'est une petite perle de tendresse qui raconte l'histoire d'un bébé éléphant et de son lien avec son grand-père. A sa naissance, le grand-père fait un cadeau unique et précieux à son petit-fils. Il plante un arbre, rien que pour lui, un pommier qui au rythme des saisons, va grandir petit à petit tout comme son maître. Il faut de la patience, de l'amour pour bien grandir. Cela demande du temps et petit éléphant le passe en arrosant, en lisant des histoires, en discutant à son pommier. Plus tard, il lui confiera ses secrets, lui chantera des chansons. Jusqu'au jour où, suffisamment grand et mûr, l'arbre voit naître son premier fruit...
Un très joli album qui évoque la patience, l'affection, le lien d'amour, de respect et transgénérationnel entre un grand-père et son petit-fils...il nous parle du temps qui passe, du grandir à son rythme, avec douceur, en profitant des instants présents, de la transmission. A travers l'activité du jardinage, Le pommier de Cali souhaite montrer que la vie est un épanouissement qui demande de l'attention, des soins, du respect. J'ai aimé la comparaison faite entre l'arbre et l'enfant, on regarde les deux êtres vivants, grandir, s'épanouir. On les observe en train de changer. C'est réellement une idée adorable et touchante. J'ai adoré le texte de Nancy Guilbert qui là encore utilise les mots avec finesse, délicatesse, toujours en rimes, si bien que les phrases restent dans le coeur. Les illustrations sont jolies, avec ce rouge qui ressort, ces contrastes, ces petits détails bienveillants, cette ambiance souriante, ce trait frais... Une petite perle à garder précieusement, à lire et relire pour un moment d'amour inouï. 

* Sur le blog de Virginie Bloguiblogas
http://bloguiblogas.blogspot.fr/2015/06/le-pommier-de-cali.html?view=mosaic

L'album est plein de la tendresse des grands-parents pour Cali. Comme le petit éléphant, on attend avec impatience les première pommes. De page en page, on voit grandir Cali et son pommier et on assiste à la patience calme des grands-parents.
Le texte est précis, bien rythmé et il incite à patienter sans ennuyer.
Les illustrations m'ont bien plu. Le trait noir est le plus souvent vide avec des petites touches de rouge. Mais surtout, elles expriment bien la tendresse dans l'expression des grands-parents mais aussi avec plein de petits détails : les papillons sur l'arbres sans feuilles, des hérissons qui assistent aux premiers pas de Cali, des oiseaux qui écoutent ses histoires...  Il y a un jeu autour de la rondeur. Partout, il y a des petits objets ronds comme les futures pommes : il y a les joues rondes des éléphants, des balles, des bulles de savons.
Et pendant tout ce temps, mine de rien, le petit arbre et le petit éléphant grandissent.
C'est tout joli et plein de charme !


- Pour Tim et le Sans-Nom,

* sur le blog de Pauline d'Entre les Pages

Tout comme Azulie dans la nuit, L’envol des couleurs ou La maison soleil, Tim le Sans-Nom propose de découvrir les œuvres d’un artiste incontournable à travers une histoire qu’elles ont inspirée à l’auteur Nancy Guilbert. Ici, il s’agit de plonger dans l’univers de Paul Klee. Un univers qui dévoile un village bien triste, « un magicien au visage effrayant » appelé le Sans-Nom, des villageois qui en ont peur, des oiseaux, « un chat aux poils dorés » et un petit garçon prénommé Tim. Et ce dernier est bien décidé à attraper le Sans-Nom qui a pourtant la réputation d’être un voleur d’enfants.
Tim et le Sans-NomSa quête va le mener dans un endroit dont il n’aurait pu soupçonner l’existence et lui permettre de rencontrer quelqu’un d’extraordinaire. Son histoire fait faire au lecteur un voyage vraiment pas comme les autres tout en lui offrant une belle leçon sur l’acceptation de la différence. Les éditions Léon art & Stories permettent de s’entretenir avec les toiles ou le trouble qu’elles créent parfois en faisant ressortir leur mystère et leur magie. Un premier pas vers l’art, en son cœur, vers sa compréhension qui tient le plus souvent en ce qu’elle génère à l’intérieur des êtres.

 * Sur le blog de Lylou de Livres et Merveilles :

J’ai donc été ravie de recevoir le nouveau titre de Nancy Guilbert, Tim et le Sans-Nom, qui présente des peintures de l’artiste Paul Klee accompagnées d’illustrations de Grégoire Vallancien. Cet album a beaucoup plu à ma fille qui a "étudié" Paul Klee en moyenne section. Elle était très fière de connaître ce peintre.
Quant-à moi, c’est un artiste que j’ai redécouvert grâce à cette jolie histoire. Je n’en gardais pas un souvenir très positif. Or, j’ai été ravie de constater que mes goûts avaient certainement évolué, puisque la plupart des tableaux m’ont émue.L’histoire est très bien pensée et s’accorde à la perfection avec les peintures. Elle véhicule, auprès des enfants, un message de tolérance qui me plaît beaucoup.
Tim vit dans un village plongé dans la grisaille par l’horrible Sans-Nom, un magicien qui capture oiseaux et enfants ! Le courageux petit garçon décide de capturer, à lui seul, cet être qui terrifie les habitants. Pour cela, il fabrique une "machine à gazouiller" (N’est-ce pas un joli nom ?). Guidé par un mystérieux chat, Tim va se retrouver prisonnier dans le palais de l’impitoyable magicien. Mais en y regardant de plus près, l’enfant commence à douter. Comment un être si cruel pourrait-il entretenir un jardin aussi magnifique, rempli d’oiseaux heureux ? Il pourrait bien s’agir d’une méprise et que ce personnage soit, au final, un homme comme les autres. Sa rencontre avec le Sans-Nom changera à jamais la vie du village et la mentalité de ses habitants qui avaient hâtivement jugé l’étranger sur son apparence différente...Quel thème ! C’est si important d’expliquer aux enfants de ne pas juger les gens sur leur physique, leur apparence, leur différence, leur imperfection... De ne pas écouter ou croire les rumeurs. Cet album est parfait pour leur montrer, en version imagée, ce qu’il peut arriver quand on rejette quelqu’un parce qu’il est étranger, le mal que ça peut lui faire.  Un thème d’actualité, malheureusement... Mais je reste persuadée qu’en éduquant au mieux nos enfants avec des lectures comme celle-ci, avec des messages de tolérance, on peut changer beaucoup de choses. La construction de l’album mêle habillement les œuvres de Klee et les illustrations de Grégoire Vallancien, à la manière du peintre. On se balade avec émerveillement au cœur des tableaux, on y découvre les détails. Les personnages principaux en sont d’ailleurs issus. Le chat de l’œuvre "Le chat et l’oiseau" est hypnotisant avec ses grands yeux verts. Comme toujours, dans cette collection, des informations complémentaires sur l’artiste, l’histoire et l’inspiration de l’auteur, sont données en fin d’album. De la même manière, toutes les œuvres qui illustrent le récit sont réunies pour mieux les appréhender dans leur intégralité. 

Un album coup de cœur à lire et à relire !


* Sur le blog de Blandine Vivre Livre 


* Sur le blog Encres Vagabondes

Dans ce très beau livre, on retrouve Léon, la petite mascotte de l’éditeur. Il nous projette ici au cœur de l’œuvre de Paul Klee, un univers géométrique et coloré. Des détails extraits de dix toiles du maître servent de support à l’histoire de Tim. Ce petit garçon habite un village terne, pillé de ses couleurs et de ses enfants par un mystérieux magicien qui s’en est emparé selon les dires des villageois. Mais Tim veut en savoir plus et il part à la recherche du « Sans-Nom » comme le nomment les adultes. Il souhaite ainsi délivrer son village de ce cruel sortilège, lui rendre ses oiseaux et ses couleurs. Au terme de sa quête, il va découvrir un homme blessé, rejeté par les villageois parce qu’il est différent.

Voici une belle histoire sur les préjugés pour découvrir ou redécouvrir le célèbre peintre.
Aux détails des toiles de Klee, se mêlent de jolis dessins ainsi que du texte, très poétique.
Le chat penche la tête et ses yeux émeraude fixent Tim profondément.
Pattes de velours et plumes de chat, tu es bien sûr de toi ! Si tu crois le faire prisonnier avec ça !En fin d’ouvrage, on retrouve les photos des dix toiles choisies ainsi que deux pages consacrées à des notes donnant des précisions sur le peintre, son enfance, les points forts de sa vie, des éléments de son œuvre.
L’auteur a fait un parallèle entre la vie de Klee et du Sans-Nom : ils ont tous deux subi les conséquences de préjugés injustifiés. Klee a même peint un tableau en 1939 intitulé : Oh, les rumeurs !

* Sur le blog Les livres ont des Oreilles
http://www.leslivresontdesoreilles.com/extrait-audio-tim-et-le-sans-nom/
Magnifique album de cette collection art-fiction. Chaque détail des oeuvres joue un rôle dans cette fiction. A la fin du livre se trouve un lexique permettant de mieux comprendre l’oeuvre du peintre et vous ferez sans doute comme moi la connaissance de Paul Klee. Très original et ludique. Vous apprendrez ainsi  à regarder une oeuvre, en découvrir son histoire, ses secrets ! Les 9 albums de cette collection « art-fiction » sont sur le même principe. Un vrai régal pour les petits … comme pour les grands !

Pour Petit-Arbre veut grandir

* Sur le blog Les lectures de Myrtille,
Les éditions circonflexe nous proposent aujourd’hui un album plein de tendresse. Le soleil est de nouveau parmi nous, les oiseaux gazouillent, et tout comme les fleurs, les arbres commencent eux aussi à montrer le bout de leur nez.
un bébé arbre se sent inutile et trop petit pour faire quoi que ce soit, mais en grandissant, les choses changentC’est dans une forêt que petit arbre sort de terre. Ouhaou, il est bien entouré par ces confrères chênes! Ils sont tous tellement beaux, grands et forts… que lui se sent tout rikiki à leur côté. Il est tout triste de se sentir si inutile. Mais au fur et à mesure que les jours passent, notre bébé arbre sent ses petits bourgeons grossir. Le voilà maintenant avec quelques feuilles: mais qu’il est beau comme ça! Tellement chouette  que deux oiseaux vont demander s’il est possible de faire leur nid sur ses frêles branches. Sans hésiter, celui-ci accepte. Plus nous avançons dans le temps et dans les saisons, et plus notre arbre devient beau. Il prend confiance en lui et attire les animaux à ses côtés: les hérissons viendront se blottir sous ses feuilles, les écureuils dormiront dans son tronc et mangeront ses glands, et les hermines profiteront de sa chaleur en hiver. Qu’il est fier notre arbre de pouvoir aider ses nouveaux amis!
Les illustrations de cet album sont toutes mimis, contemporaines et de couleurs vives! Les décors sont épurés, ce qui permet de bien se concentrer sur le sujet principal.
Bien entendu, on peut transposer les sentiments de notre petit arbre aux humains: c’est au cours de notre vie que nous nous épanouissons et que nous faisons des rencontres qui peuvent nous changer!


* Sur le blog Mya's book :
http://mya.books.over-blog.com/2015/04/petit-arbre-veut-grandir.html#ob-comment-ob-comment-69078392
 Quel joli livre ! Dans cette histoire, on découvre un tout jeune arbre qui découvre la vie, mais il se sent mal au milieu de tous ces immenses arbres majestueux. Lui est si petit... Il se sent inutile. Le temps passe et Petit-Arbre grandit, en douceur. Bientôt deux petits oiseaux le choisissent pour faire leur nid et, au fil des saisons, d'autres animaux ont besoin de lui. Peu à peu, Petit-Arbre apprend à s'aimer, à s'accepter comme il est et prend confiance en lui.
 Cette histoire est vraiment très jolie. Il est émouvant, ce petit arbre qui manque de confiance mais a le coeur sur la main. Il n'hésite pas à partager, à dire oui quand on lui demande de l'aide et à offrir tout ce qu'il possède pour protéger les autres. Les saisons passent, on voit le décor changer autour de lui, et Petit-Arbre grandit à son rythme et prendre confiance en lui tout en conservant sa générosité. Le texte est plein de douceur et de tendresse.
 Les illustrations sont modernes et épurées. J'aime le fait qu'elles ne soient pas trop chargées et qu'il y ait juste la touche de couleur qu'il faut pour que l'on puisse imaginer telle ou telle saison. La simplicité et le naturel de cet album fonctionnent très bien et en font quelque chose de charmant et d'émouvant. On admire la nature, les animaux, la vie, le temps qui passe. C'est un album qui donne envie de prendre son temps, de ne pas être trop pressé mais au contraire de profiter de l'instant présent et d'observer le monde qui nous entoure.


-*Sur le blog de Blandine, Vivre Livre
http://vivrelivre19.over-blog.com/2015/04/petit-arbre-veut-grandir-texte-de-nancy-guilbert-et-illustrations-de-coralie-saudo-des.html#ob-comment-ob-comment-69222100
Une chronique particulière aujourd’hui !
Petit-Arbre veut grandir. Texte de Nancy GUILBERT et illustrations de Coralie SAUDO. (Dès 3 ans)Pour vous présenter ce bel album aux illustrations minimalistes et brillantes, je laisse la parole (telle quelle) à mon trio, conquis !





Petit-Arbre veut grandir. Texte de Nancy GUILBERT et illustrations de Coralie SAUDO. (Dès 3 ans)    

Notions abordées : confiance/estime de soi, le temps qui passe, saisons, animaux, nature/forêt.
Esteban, 5 ans et demi :
C’est l’histoire d’un arbre.
Cet arbre grandit.
Il y a des oiseaux. L’arbre est content, il a envie de danser !
Il est petit et après il grandit encore.
Il y a des hérissons qui viennent ! « -Je peux dormir à côté de toi ? - Ouiiii
Et après, Petit-Arbre est content !
Et donc après c’est l’automne. Il y a des feuilles rouges et orange, c’est l’automne.  Il y a des feuilles qui tombent par terre et les hérissons dorment dedans.
Et après, il y a les écureuils. « Je peux grimper ? » Et Petit-Arbre dit « Ouiiii » et il a envie de danser.
Les écureuils mettent les glands dans le trou [de petit-Arbre] et y dorment. Et quand ils dorment, il y a les hérissons et les écureuils qui ouvrent les yeux.
Les hermines demandent à Petit-Arbre, « je peux dormir à côté de toi ? » Et il fit Ouiiii et après il a envie de danser ! Ça, c’est pendant l’hiver, mais après c’est le printemps ! [Comment le sais tu ?] Car on voit de l’herbe et des bourgeons.
Et Petit-Arbre a encore grandi !
C’est une histoire joyeuse qui fait rêver ! Et les dessins sont beaux ! J’aime beaucoup les couleurs !
Esteban a emmené l’album dans sa classe afin de le montrer ! Tous ont beaucoup aimé l’histoire, et pendant la récréation, les enfants ont regardé les arbres (il y a une grande cour qui en compte plusieurs), il n’y a pas de chêne. Mais il y a des petits oiseaux et un papillon blanc !
Noam, 3 ans et demi :
Petit-Arbre a une feuille et après plusieurs.
Les feuilles sont jolies, puis il en a deux, et trois.
Il y a des fleurs et de l’herbe autour.
Les feuilles sont ouvertes.
Des oiseaux vont sur Petit-Arbre qui veut danser. Puis ils font leur nid, ils attrapent des vers de terre, baaaah et le petit hérisson, il roule il roule…
Et Petit-Arbre il a plus de feuilles mais un trou pour les écureuils !
Et les feuilles deviennent orange, jaune et rouge.
Tout le monde dort, il y a 1, 2, 3, 4, 5 animaux qui dorment. Il fait froid parce qu’il y a de la neige qui tombe, qui tombe…
Et d’autres animaux arrivent…
Petit-Arbre a bien grandi ! Au début, il avait une feuille, et à la fin, il a 25 feuilles fermées !
Noam aime compter, et il se débrouille bien et seul ! A chaque page, il a aimé observer la maison des zhérissons !
Ambre, 10 ans :
C’est l’histoire d’un Petit-Arbre qui se trouve trop petit et qui aimerait faire de grandes choses. Au fil des saisons, il accueille différents animaux qui lui donnent confiance en lui et force. Il grandit et se transforme.
L’histoire parle du temps qui passe, des rythmes de vie des animaux (hivernation) et de la nature (cycle des saisons), de la différence, de la confiance en soi.
Les illustrations m’ont beaucoup plu. Elles sont à la fois simples et très travaillées : les feuilles, les rayons du soleil qui parviennent jusqu’à Petit-Arbre malgré le beau feuillage de ses aînés !
Cet album est un vrai coup de cœur !
Les enfants m’ont d’eux-mêmes raconté l’histoire, chacun à part.
Il est rigolo d’observer que certains points du texte ou des illustrations ont davantage attiré leur attention : le fait que Petit-Arbre veuille danser, la « maison » des hérissons et Petit-Arbre automnal, sans conteste notre dessin préféré à tous les quatre !
les illustrations, le tronc des arbres, le détail des feuilles et leurs nuances nous ont vraiment séduit!
La plume de Nancy Guilbert est très douce et poétique, tout en rimes. Les enfants ont vite saisi le rythme et terminent les phrases que je laisse en suspens…
Avec le printemps qui pointe, timidement, le bout de son nez, les pétales des cerisiers qui virevoltent dans le vent, il nous invite à observer, à patienter, à accepter de prendre le temps.
Petit-Arbre a bien grandi et a fait des petits ! Esteban en dessine constamment depuis notre réception de l’album ! À la maison ou à l’école, pour lui ou pour les autres, Petit-Arbre en été, en automne, en hiver…

Me voilà de nouveau avec un album coup de cœur ♥. Je le trouve esthétiquement superbe : la magie des illustrations de Coralie Saudo ! Quant-au texte de Nancy Guilbert, entièrement fait de rimes, il est si joli et tellement agréable à lire... Ma fille a eu le même ressenti. Nous sommes toutes les deux tombées sous le charme de l’histoire de ce Petit-Arbre qui va apprendre à grandir au fil des saisons et prendre confiance en lui.
C’est une histoire simple mais bien traitée. Alors, forcément, ça fonctionne parfaitement.
Au milieu d’une forêt de grands chênes, Petit-Arbre vient de naître. Dame Nature fait son travail et Petit-Arbre grandit. Mais pour lui, ce n’est pas assez rapide. Il se trouve trop petit et surtout il se sent inutile par rapport à tous ses congénères majestueux.
Lorsque deux oiseaux lui demandent s'ils peuvent construire leur nid sur ses branches, Petit-Arbre est si fier qu’il a envie de danser. Les saisons défilent. Ce qui n’était que des petits bourgeons sont devenus de belles feuilles. Il porte également des fruits, ses glands. Petit-Arbre commence à prendre confiance en lui. Petit à petit de nouveaux habitants viennent se réfugier auprès lui... Petit-Arbre est généreux. Il y a de la place pour tout le monde. Hérissons, écureuils et hermines vont se blottir contre ce chêne réconfortant qui est maintenant devenu grand.
Cette histoire si joliment racontée, par le biais de rimes mais aussi d’une ritournelle qui revient gaiement pour le plus grand plaisir des enfants, est d’une douceur charmante. C’est un album qui se lit en prenant son temps, tout comme celui que l’on met à grandir. Car dans ce Petit-Arbre, il est aisé de reconnaître les enfants si pressés, eux aussi, de devenir grands. Mais non, il faut que tout se passe naturellement, que les étapes soient respectées pour être solide à l’arrivée ! C’est ainsi, un pas après l’autre, que l’enfant prend confiance en lui, tout comme notre Petit-Arbre si impatient au début.
Les illustrations sont épurées mais en même temps riches en motifs. Seules les couleurs changent au gré des saisons. C’est subtil et poétique. Les animaux sont extrêmement mignons.
L’album en lui-même est un bel objet au grand format carré avec une couverture molletonnée. Quel plaisir de le tenir dans les mains !
De plus, il existe aussi en version "gros caractères" pour les lecteurs malvoyants ou ayant des difficultés de lecture, ce qui est tout à fait remarquable.


* Sur le blog "A lire au pays des merveilles":

Quelle place dans la forêt pour un petit arbre tout juste sorti de terre ? Maussade, il se sent bien rikiki et inutile entouré par les grands chênes.
Mais au fil des saisons, Petit-arbre profite, s'épaissit, s'allonge, ... et prend confiance en lui. Les oiseaux virevoltent autour de lui, les hérissons s'amusent à ses pieds, les écureuils se réfugient dans son tronc...et à la nouvelle saison  revenue, petit-arbre aura trouvé sa place au cœur de la forêt immense.
En soi, l'histoire est classique mais  ici elle est racontée tout en vers et joliment illustrée par les crayons de Coralie Saudo.
J'aime les deux petits oiseaux bleus et rieurs ; j'aime les motifs sur les feuilles éparpillées ; j'aime les changements de décor qui s'opèrent au fil des saisons sans que rien ne vienne surcharger le décor ; j'aime les illustrations à la fois simples et très détaillées.
Un album cohérent qui s'adresse tout en douceur aux tout-petits pour leur apprendre la confiance en soi.


* Sur le blog "Chouette un livre !"
« A l’abri de Grand-Chêne, Petit-Arbre est né. Il grandit et découvre la vie. » Mais il se sent bien petit… Comment devenir vraiment un « grand » ? Voilà deux délicieux oiseaux bleus qui cherchent où nicher. Petit-Arbre secoue gentiment ses branches : venez, venez, petits oiseaux ! Les saisons passent, et page après page, le Petit-Arbre accueille de nouveaux amis. Et si c’était là le secret ? Un album charmant sur le passage des saisons autant que sur l’apprentissage de l’amitié.


Pour Maya et son petit Ta,  :

*Sur le blog de Lylou de Livres et Merveilles : (avec des très jolis commentaires en prime !)
Maya et son petit Ta de Nancy Guilbert et Cécile Vangout - Les P’tits Totems éditions
Ce week-end, j’ai été enchantée de trouver dans ma boîte aux lettres deux nouveautés publiées par Les P’tits Totems éditions. Une jolie surprise comme je les aime ♥. Ce sont deux albums très mignons au petit format carré, édités dans une nouvelle collection destinée aux enfants à partir de 3 ans et judicieusement nommée "Bac à sable".
J’ai laissé le soin à ma fille de choisir notre première lecture. Et contrairement à ce que je pensais (comme quoi, les enfants nous étonnent toujours !), elle a directement mis la main sur "Maya et son petit Ta" de Nancy Guilbert, illustré par Cécile Vangout. (...)
C’est une histoire toute douce que nous raconte Nancy Guilbert. Les enfants (et certains adultes... Oui ! Je lève le doigt, moi aussi j’ai eu un doudou) se reconnaîtront aisément dans cette petite Maya si attachante et attachée à son petit drap. Les phrases sont courtes et faites de rimes. Ma fille adore repérer les rimes et là, elle a été ravie ! La lecture en est d’autant plus facile et fluide. C’était touchant de la voir serrer son doudou de plus en plus fort, au fur et à mesure que j’avançais dans l’histoire. A la fin, elle m’a pris le livre des mains et m’en a fait le relecture. Je ne suis pas trop naïve, c’est une astuce (parmi tant d’autres) pour repousser l’heure du coucher. Mais dans ces cas là, je prends plaisir, moi aussi à écouter une histoire, même si je n’ai plus de doudou à serrer ;-)
Les illustrations de Cécile Vangout sont fines, délicates et tendres. Vraiment, j’aime beaucoup son style sobre mais juste. Il n’y a pas de couleur à part du rouge et c’est très bien ainsi. L’attention est vraiment focalisée sur les émotions de Maya. Sur certaines pages, ma fille ne voyait pas le Petit Ta, nous avons donc joué à le chercher, excepté dans les pages où il est perdu, bien évidemment...C’est un album emplie de poésie, très délicat, sur un thème cher aux enfants et qui sera apprécié par les plus petits, comme les "un peu plus grands" ;-)


*Sur le blog de Pauline d'Entre les pages :
https://entrelespages.wordpress.com/2015/02/16/maya-et-son-petit-ta-cest-ma-famille/comment-page-1/#comment-5848
Maya et son Petit Ta et C’est ma famille! sont deux albums des éditions P’tits Totems. Ils sont tous les deux écrits par Nancy Guilbert. Le premier est illustré par Cécile Vangout et le deuxième par Élodie Fraysse. Tous deux explorent l’enfance et ses méandres avec douceur et sincérité.

Maya, elle, a perdu son Petit Ta. C’est un petit drap « pas plus grand que ça » qu’elle aime infiniment et qu’elle emmène partout avec elle. C’est pour cela qu’un jour, Maya égare son Petit Ta. Tout d’abord, comment va-t-elle dormir sans son Petit Ta ? Aucun drap n’a la même odeur. Et puis, lui, son Petit Ta, où est-il ? Se sent-il seul, triste, abandonné ? Dès le lendemain, il va donc falloir aller le chercher… au zoo ! Là où il a pu advenir n’importe quoi de lui ! Voici une quête adorable, très touchante. Ce petit livre met en avant le rôle et la préciosité des doudous, vrais « membres » de la famille. L’histoire de Maya montre combien il faut faire attention à eux.


* Sur le blog de Mya's book:
http://mya.books.over-blog.com/2015/03/maya-et-son-petit-ta.html#ob-comment-63599863
Tous les parents savent à quel  point la perte ou l'oubli d'un doudou peuvent bouleverser un enfant et briser tous ses repères. Pour la petite Maya c'est tout son univers qui est sens dessus-dessous. les enfants peuvent facilement s'identifier à elle et ils seront certainement enchantés de voir la tournure amusante et étonnante que prend l'histoire et rassurés que les choses se terminent bien.  Cet album n'est que douceur et pureté, que ce soit dans les mots poétiques et tendres de Nancy Guilbert que dans les illustrations charmantes et délicates de Cécile Vangout. C'est vraiment mignon et on se plonge avec délice dans l'univers de l'enfance fait de rêves, d'imaginaire, de gaieté et d'insouciance. Cette petite Maya est irrésistible !

* Sélection dans Calaméo
http://fr.calameo.com/books/001995237fca0fbf8c4b7



* Sur le blog de Lizouzou :
http://lespetitslivresdelizouzou.hautetfort.com/archive/2015/04/20/maya-et-son-petit-ta-de-nancy-guilbert-et-cecile-vangout-5607137.html
Quand je vois le nom de Nancy Guilbert et Cécile Vangout, côte à côte, sur un album, je ne peux que me précipiter pour l'ouvrir et le découvrir surtout !
Nancy Guilbert, l'auteure, nous dévoile un texte tout doux à destination des jeunes enfants dont leur doudou est une nécessité absolue. Grâce à son histoire, les adultes vont replonger en enfance et redécouvrir l'importance d'un doudou pour un enfant. Quand à ces derniers, ils vont directement plonger dans cette histoire de perte de doudous car elle va forcément les toucher !
Quant aux illustations de Cécile Vangout, elles sont tout simplement sublimes. On retrouve son crayonné noir et ses quelques touches de couleur rouge au premier coup d'oeil. J'aime son univers et c'est toujours un régal de regarder ses dessins !
J'aime également beaucoup le format carré proposé par les éditions P'tits Totems. Je trouve que ça colle plutôt bien à la douceur de cet album.
Vous l'aurez compris, je suis tombée sous le charme de cette mignonne petite histoire ! A découvrir sans tarder !

* Sur le blog de Blandine Vivre Livre :
http://vivrelivre19.over-blog.com/2015/05/maya-et-son-petit-ta-nancy-guilbert-et-cecile-vangout-des-2-ans.html#ob-comment-ob-comment-72529538

Voici un album tout doux et délicat. Un petit album au petit format carré, intimiste, que les petites menottes peuvent manipuler facilement. Des illustrations en trois tons (rouge, noir et blanc) et qui nous transportent dans le tendre univers de Maya.
Ce petit album nous parle du doudou. Cette peluche, ce drap, ou ce qu’il en reste, de l’enfant si précieux, si unique et donc irremplaçable (malgré les sept copies identiques à la maison !) et avec qui l’enfant vit une multitude d’aventures réelles ou imaginaires
Nous découvrons la relation affectueuse de Maya avec son "ami" (dixit mon 3 ans). Un ami tout doux, toujours présent, avec qui elle vit moult péripéties, qu'elle ne quitte pas, à qui elle se confie et qui est le témoin privilégié de toutes ses émotions. Mais son ami, un jour, va se retrouver sans elle...
Grâce aux illustrations, on devine le tourbillon de ses pensées (effroi, panique, tristesse) qui se bousculent dans son esprit, ainsi que ce qui pourrait arriver à son petit Ta…
Jusqu’aux retrouvailles !
Ce qui m’a particulièrement plu dans cette histoire au thème largement répandu en littérature jeunesse, c’est qu’avec un objet si unique et si intime, Nancy Guilbert nous délivre une mignonne histoire de partage.
Une histoire optimiste, sans drame, où les mots sonnent et riment joyeusement. Je laisse les phrases en suspens et mes garçons les complètent.
Ce livre-doudou a voyagé dans la classe de mon dernier, en PS, car c’est un thème qui a été étudié en début d’année.
Un thème très accessible.
Les enfants ont beaucoup aimé l’histoire, ont beaucoup réagi et ont beaucoup réfléchi à ce qu’avait bien pu arriver au Petit Ta durant son odyssée, dans un zoo au milieu des animaux…
Et particulièrement à l’utilisation que pouvait en faire le lion.
Je dois cependant vous avouer que ce thème ne fait pas partie de mes préférés. Je trouve qu’on sacralise trop l’objet.
Je n’ai d’ailleurs jamais voulu que mes enfants en aient un, ni qu’ils amènent à l’école, ou à l’extérieur, leur peluche du moment. Ce qui ne nous a pourtant pas épargné le chagrin de l’oubli ou de la perte…
Mon dernier a littéralement adopté cet album et va même jusqu’à vouloir dormir avec !

Pour C'est ma famille, 

* Sur le blog de Lylou :
C’est ma famille ! de Nancy Guilbert et Élodie Fraysse - Les P’tits Totems éditions
Des couleurs et beaucoup de justesse pour aborder le thème de la famille recomposée...
La semaine dernière je vous présentais l'un des deux albums que j’avais reçus des P’tits Totems éditions : Maya et son petit Ta. Je crois qu’il vous avait beaucoup plu !
Comme je vous l’avais promis, aujourd’hui je vais vous parler du second, très différent tant par son thème que par ses illustrations : "C’est ma famille" de Nancy Guilbert, illustré par Élodie Fraysse.

Dans cet album c’est Azur, le petit héros, qui vient nous raconter son histoire, ou plutôt celle de sa famille. Après la séparation de leurs parents, Azur et sa petite sœur Marine - famille Bleue, donc – vont devoir faire face à de nombreux changements. (...)
Voilà un thème que nous n'avions jamais abordé avec ma fille Jusqu'à ce week-end. Non pas à cause du livre mais parce que nous avons reçu une de ses copines dont les parents sont séparés. A son départ, elle nous a posé beaucoup de questions, plutôt angoissée à l'idée que ça nous arrive à nous aussi. Nous l'avons rassurée, je pense....
Du coup, le lendemain, j'en ai profité pour lui lire cet album, pour lui montrer que "oui, sa copine devait souffrir de la situation mais qu'avec le temps, tout allait s'arranger". Comme c'était un peu à vif, je ne vous cache pas qu'elle a commencé à pleurer quand Azur s'est senti perdu chez sa maman avec l'arrivée de la famille Rouge. Je l'ai vite arrêtée en lui disant d'écouter la suite car tout se finissait bien. Et effectivement, la grande famille recomposée est un modèle de réussite, comme on aimerait en croiser un peu plus souvent.
Au final, elle aura compris que parfois la vie fait que les adultes ne s'aiment plus et se séparent, que c'est difficile pour les enfants mais qu'ils sont capables de s'adapter et même d'être heureux et épanouis dans des situations qui paraissaient insurmontables.
Je trouve l'idée des couleurs et des noms des personnages très astucieuse. Elle facilite réellement la compréhension du mélange des familles. Le texte est vrai et va droit au but, sans être triste pour autant. Les réflexions d'Azur sont celles de tous les enfants dont les parents se séparent. La fin de l'album, avec les deux familles réunies est très touchante et parlante, avec ce jeu de couleurs représentant la différence et la mixité.
Car les illustrations d'Élodie Fraysse apportent vraiment un soutien au texte pour une meilleure compréhension. Elles permettent de bien s'y retrouver entre tous les membres de cette famille recomposée... Les lapins sont trognons et chacun, même s'il rentre dans une catégorie de couleur, a une tonalité spécifique pour bien montrer qu'il est unique.
J'ai retrouvé le style que j'avais particulièrement aimé dans la série Aliénor (également des deux comparses), et j'ai d'ailleurs cru reconnaître un petit clin d’œil au dragon Crème Brûlée. (Mais peut-être que je me trompe...) Je trouve que la douceur et la tendresse des dessins d'Élodie Fraysse sont tout à fait adaptées pour ce thème plutôt difficile. 
C'est un album à lire sans hésitation aux enfants dont les parents sont séparés mais également aux autres (quand il sont prêts à l'entendre, bien sûr) pour leur montrer ce que peut être la vie de certains de leurs copains ou copines, voire cousins ou cousines... bref de beaucoup d'autres enfants. Et personnellement, je dis chapeau à Nancy de s'être penchée sur ce thème difficile à expliquer aux plus petits.

*Sur le blog de Pauline d'Entre les Pages :

C’est ma famille ! est un ouvrage sensible sur le divorce et ses conséquences. Azur, est un petit lapin bleu qui raconte donc l’histoire de sa famille recomposée car Papa et Maman ont un jour décidé de ne plus vivre ensemble. Et puis, avec le temps, ils ont rencontré une autre personne à aimer qui avait déjà des enfants et avec qui ils ont refait des enfants. Que de monde ! Que de goûts et de couleurs ! Cela fait beaucoup pour un petit garçon. L’acceptation, l’adaptation, que c’est long ! Mais les nouvelles habitudes, cela se trouve, cela s’organise et le partage qui en découle n’en est que plus beau. Le texte si véridique de l’auteur de La grande nuit fait comprendre aux enfants que si Papa et Maman ont décidé de se séparer c’est pour que tout le monde puisse être heureux. Il s’allie à des illustrations aussi tendres qu’évocatrices. Symboliques, pour aller un peu plus loin et expliquer que le bonheur ignore les origines de ceux qui s’aiment.

 * Sur le Blog de Mya's book :

 Le duo de choc qui nous a offert la fabuleuse série des aventures d'Aliénor - la princesse-chevalier, nous revient avec un merveilleux album sur la famille recomposée. J'ai adoré ! Avec beaucoup de tendresse et de subtilité, Nancy Guilbert se met dans la peau d'un petit lapin nommé Azur qui nous raconte l'histoire de sa famille. Azur nous parle des disputes de ses parents et de leur séparation. Il nous parle des difficultés qu'il a eu à s'habituer à ses nouveaux frères et soeurs, si différents de lui et qui réclamaient l'attention et les privilèges qui jusqu'alors n'étaient que pour sa petite soeur et lui. Il nous parle des difficultés qu'il a eu à trouver sa place dans chaque maison et parmi cette ribambelle de frères et soeurs. Peu à peu, les choses deviennent plus simples et plus naturelles. Une complicité commence à naître entre les membres de la famille. Les relations s'apaisent...
 Quelle belle histoire pleinement d'actualité ! On suit avec plaisir et émotion le parcours de cette famille recomposée. Quelle bonne idée d'avoir représenté les petits lapins de plusieurs couleurs afin que les petits comprennent bien le mélange des familles. Et puis, c'est tellement symbolique, tellement beau cet arc-en-ciel de couleurs qui vient illuminer les visages. Comme toujours, les illustrations d'Elodie Fraysse sont mignonnes et pleines de douceur. Les personnages ont des bouilles adorables et très expressives. Et puis, cette fin est tout simplement géniale ! C'est un album très réussi qui m'a beaucoup plu et qui, j'en suis sûre, parlera aux petits qui sont dans cette situation et leur redonnera certainement espoir et optimisme malgré les épreuves difficiles qu'ils traversent.

En quelques mots :
Un album tendre et délicat dans lequel on suit avec émotions le parcours d'une famille recomposée.

- Sur le blog de Blandine, Vivre Livre :
Voici un album tendre et délicat, qui utilise les couleurs, ses mélanges et nuances pour aborder un sujet difficile : la séparation des parents et ses conséquences.
Il n’est pas toujours aisé d’en parler et de positiver tant le sujet est souvent douloureux, mais le duo Nancy Guilbert/Elodie Fraysse (déjà croisé avec Aliénor) y parvient brillamment.(...)
J’ai vraiment beaucoup aimé ce petit album, très doux, très tendre, sur un sujet devenu « banal » mais toujours éprouvant.
Les illustrations, aux tons pastel et au crayon, accompagnent très bien le texte et le jeu des couleurs est une idée très ingénieuse pour aider à se représenter les différents personnages et leur nuance propre. Ce jeu sur les couleurs pourrait également parfaitement convenir à une histoire sur les métissages dans les populations.
Les lapins sont vraiment trognons et nous font penser à des peluches (ils ont d’ailleurs, me semble-il, une étiquette sur leur côté gauche). Leurs teintes sont plus vives que celles des décors (maison, vache, livres…) et leurs noms sont très poétiques.
J’aime aussi beaucoup le format de l’album, petit carré intimiste, dans lequel le texte prend quelques couleurs pour aider l’enfant à se repérer.
Mon trio a beaucoup apprécié l’histoire mais n’a pas posé de questions particulières sur le thème principal : les familles recomposées, bien que certains de leurs « camarades » de classe en fassent partie.
Il a eu un écho plus fort auprès de moi. Mes parents ont divorcé lorsque j’étais petite. Je me souviens qu’en CM1, la maîtresse nous avait demandé combien nous étions à avoir nos parents divorcés. Nous avions été deux à lever le doigt, sur 27. Le chiffre a très certainement augmenté aujourd’hui…

  - Sur le blog de Lizouzou, coup de cœur :
J'adore cet album ! Un vrai coup de cœur pour cet album qui traite si bien de la différence, du racisme mais également des différentes familles qui existent dans notre société !
J'aime l'idée d'expliquer les familles en leur donnant une couleur particulière : au début, nous avons la famille bleue. La maman bleue va ensuite rencontrer le papa rouge (avec ses enfants) et le papa bleue va rencontrer la maman jaune (et ses deux bébés). Le mélange va petit à petit se faire et donner d'un côté une petite Mauve et de l'autre côté un petit bébé vert va bientôt pointer son nez !
Outre pour expliquer les familles recomposées, cela permet également de découvrir le mélange des couleurs !
Les mots de Nancy Guilbert sont de grandes qualités et nous donnent une très belle histoire ! Je le redis mais j'adore ! Et n'oublions pas les magnifiques illustrations d'Elodie Fraysse, qui apportent un très beau complément à l'histoire. J'ai beaucoup aimé les couleurs utilisées (normal puisque c'est un élément majeur de l'histoire).
Le format carré est tout petit, idéal pour les petites mains. Je suis persuadée que cet album plaira à bon nombres d'enfants mais aussi d'adultes !
Bref, un coup de cœur pour ce petit album jeunesse !
Je remercie les éditions P'tits Totems


- Pour Lili Pirouli Tome 2 : Un jour, je serai présidente !

* www.sceneario.com/.../LILI+PIROULI+2-Demain+je+serais+présidente
 Quel plaisir de retrouver cette petite nana pétulante qui s'exprime sincèrement sur ce qui l'entoure, qu'il s'agisse de cette dent qui bouge, de cette expo ou l'a traîné sa mère, sur cette obligation de se lever pour aller à l'école ou encore sur ce qu'on lui apprend à l'école...

Les deux auteurs nous entraînent donc dans cet univers de petite fille, à la fois très drôle et particulièrement bien retranscrit. On peut ainsi s'imaginer cette gamine en vraie, qui virevoltent dans le salon ou dans la cours de récré, qui rigole, nous tire par le bras pour nous raconter un truc. Ce bout de fille déborde de vie, avec une famille qui, même si elle ne sert avant tout que de décor, de cadre, n'en reste pas moins pleine de charme !

Toutefois Nancy Guilbert et Armelle Modéré se cantonnent dans des schémas assez convenus, de manière générale. Cela ne retire absolument rien à la qualité de cet album, loin de là, on aurait juste envie parfois que les différentes scénettes sortent davantage des sentiers battus !

En tout cas un très agréable album jeunesse. Très conseillé !


* Sur nrblog.fr
Après un premier volume qui nous avait séduit, Lili Pirouli est de retour grâce au duo d’auteures Nancy Guilbert et Armelle Modéré. Dans ce tome 2, intitulé Je serai présidente ! le jeune lecteur retrouve la sémillante petite fille dans des aventures amusantes.
Par ces mini-récits de 4 pages, Nancy Guilbert nous livre une version de son enfance idéale où les petites filles sont en harmonie avec ceux qui l’entoure (amis et parents). Mettant en scène Lili Pirouli, fillette drôle, espiègle et très imaginative, elle décline des petites scénettes rythmées et amusantes. Entre une dent qui bouge et menace de tomber ; une leçon de géographie non-apprise ; une visite d’une exposition qui devient vite une expédition de tous les dangers ; une journée enneigée mais qui lui déplaît ; de bonnes résolutions vite abandonnées ; et des projets d’avenir, Lili Pirouli en fait voir des vertes et des pas mûres à ses deux parents et son grand frère. Faciles d’accès, les histoires sont parfaites pour les 6/10 ans. Le trait d’Armelle Modéré est dans la veine des univers de la bande à Tchô (Nob, Zep, Deméocq) : simple, très lisible et faisant une belle place aux personnages.

 * Sur le blog de la Mare aux Mots :
(...) On est content de retrouver Lili Pirouli dont on avait aimé le premier tome. Nancy Guilbert et Armelle Modéré ont su créer un personnage proche des enfants, qui leur ressemble et leur plaît énormément. Les parents s'amusent à reconnaître les petits travers de leur progéniture et les enfants rient de Lili ...tout en se retrouvant dans le personnage.
A noter que c'est parfaitement adapté aux jeunes lecteurs,  ma fille qui vient de rentrer au CP a lu une bonne partie de l'histoire presque seule, et était super fière.
Une très chouette suite d'un personnage qu'on aime décidément beaucoup.


* Sur Actua-BD


Plus vraie que nature, cette petite chipie adorable, qui en fait voir de toutes les couleurs à son entourage, nous fait rire grâce aux situations et aux dialogues imaginés par son auteure Nancy Guilbert, qui fut Professeure des écoles en petite section durant une dizaine d’années, et aux dessins frais, dynamiques et colorés d’Armelle Modéré.
Comme pour le premier tome, il s’agit de petites bandes dessinées, de saynètes en quatre pages se déroulant dans un cadre familial idéal, où tout se passe bien. Lili Pirouli est une petite fille espiègle, facétieuse et heureuse. On prend beaucoup de plaisir à la suivre.
À noter que le format du livre, 17x24 cm, est adapté aux enfants. De quoi leur faire encore plaisir à Noël !
 * Sur le blog de Maman Baobab
maman-baobab.blogspot.com/
C'est déjà le deuxième tome pour l'héroïne pestouille à couettes que je vous présentais ici. Une dent de lait qui bouge qui la fait peut-être zozoter mais n'empêche pas la bavarde de jacasser, un anorak qui la fait ressembler à un sac à patates - selon elle - des rêves de futur métier - présidente, pourquoi pas ? - et de grandes résolutions, tellement grandes que ses parents on du mal à reconnaître leur enfant... Et pour cause ! Voici un nouvel opus avec six histoires courtes faciles à lire dont l"héroïne est un personnage facétieux qui devrait charmer enfants et parents qui y reconnaîtront peut-être quelques scènes qui semblent tellement proches du réel. A découvrir dès 6-7 ans aux Editions des Ronds dans l'O. 


- Pour Azulie dans la Nuit :

*l'article très documenté de Blandine du blog VivreLivre, l'intégralité de la chronique est ici :
http://vivrelivre19.over-blog.com/2014/10/azulie-dans-la-nuit-une-approche-originale-des-oeuvres-de-marc-chagall-nancy-guilbert-des-7-ans-interview.html
(...)
Nous nous retrouvons dans une nuit, d’abord plus sombre, grâce à Azulie, doux prénom poétique, d’inspiration espagnole.
A chaque lecture, de nouveaux éléments se présentent à moi, tant dans le texte que dans les peintures de Marc Chagall.
Le texte est empreint de références multiples : mythologiques, symboliques, religieuses, cultures d’ici ou d’ailleurs. Il se révèle au fil des lectures et emprunte au champ lexical de la magie et des rêves : « mélancoliques », « personnages féériques », « envoûtée », « flamboyants », « démon »…

Azulie dans la nuit. Une approche originale des œuvres de Marc Chagall. Nancy GUILBERT. (Dès 7 ans) (+ Interview)Les œuvres de ce peintre, sans m’être inconnues, ne m’avaient jusqu’alors pas vraiment interpellées, si ce n’est pas leur bleu.
Un article lu l’an passé dans le magazine Connaissance des Arts de mars 2013 (numéro 713 – Le monde rêvé de Marc Chagall) en relation avec l’exposition tenue en son honneur au Musée du Luxembourg à Paris, m’avait intriguée grâce à son thème : Entre guerre et paix. (Mais que je n’ai pas pu aller voir).
Et c’est donc avec d’autant plus d’intérêt que les peintures retenues pour l’album m’ont attirées. Bien qu’au cœur de l’histoire d’Azulie, elles ne sont pas reproduites dans leur entier. Des fragments mettent en valeur des éléments du texte.
D’ailleurs, mon 5 ans, très intrigué par elles, n’a de cesse de tourner les pages de l’album pour retrouver et recomposer les différentes peintures.
L’album nous les dévoile à la fin de l’histoire dans leur entier, avec leur légende et emplacement actuel.
Mon 5 ans a tout de suite réagi à la citation de Pablo Picasso : On ne sait jamais, avec Chagall, lorsqu’il peint, s’il dort ou s’il est éveillé.
Je tiens à nouveau à remercier chaleureusement Nancy qui s’est prêtée au jeu de l’interview en acceptant de répondre à quelques-unes de mes questions.
(si vous souhaitez découvrir l'interview, rendez-vous dans l'onglet du blog "interview" ci-dessus)

* Celui de Laël du blog Sous le Feuillage, l'intégralité de l'article est ici :
souslefeuillage.blogspot.com/.../azulie-into-night-azulie-dans-la-nuit.htm...
(...)
Nancy Guilbert a décidé d'écrire Azulie dans la nuit en s'inspirant des tableaux de Marc Chagall : onirisme, fantastique, surnaturel... C'est une manière très originale d'approcher l'Art et le monde de la peinture. Toute l'expressivité et la signification des images sont retranscrites dans un texte unique, crée uniquement pour ce projet.
Le texte de Nancy aborde les thèmes de la peur, de l'amour et de la mythologie dans un conte magnifique, poétique et initiatique.
J'ai été très sensible au charme et à la qualité du texte de Nancy Guilbert qui sert avec harmonie, avec lyrisme les oeuvres nuancées de bleu de Chagall. A mon sens, le texte est ici extrêmement réussi et c'est lui qui m'a plu bien plus que les tableaux de Chagall que je trouve trop étranges, trop "hors du temps". Pourtant force est de reconnaître que le mariage du texte délicat de Nancy Guilbert s'adapte parfaitement à l'univers artistique de Chagall.
A la fin de l'album, les 8 tableaux référencés sont repris, permettant à l'enfant et à l'adulte de retrouver les extraits. J'ai aimé qu'à la fin de l'album, on trouve de courts encadrés qui font le point sur un aspect technique, biographique et esthétique :  Qui est Marc Chagall ? Le rôle important de la musique dans l'histoire d'Azulie, Pourquoi Chagall utilise le bleu si souvent? Je trouve l'initiative de cette collection excellente et intéressante : le lien entre récit de fiction et art, entre texte et image permet de faire de multiples interprétations riches de sens. Une approche de l'art tout en originalité et en beauté, une autre manière de raconter l'art. En tout cas, Nancy Guilbert a été richement inspirée : son texte est magnifique et d'une jolie sensibilité.

 - Celui de Pauline du blog Entre les Pages :
Les éditions Léon Art & Stories explorent « de nouvelles formes narratives et graphiques pour accompagner enfants et adultes dans la lecture d’image ». C’est pourquoi ils produisent des albums qui plongent petits et grands au cœur des plus grandes oeuvres. De celles-ci sont tirées de vraies scénarios poétiques, effrayants, merveilleux… Azulie dans la nuit est écrit par Nancy Guilbert (Le roi de la jungle, Aliénor et le château assiégé, La grande nuit…) et fait faire un incroyable voyage dans les peintures de Moïche Zakharovitch Chagalov alias Chagall.
De ses couleurs, de son expérience, de ses créatures, de son monde étrange et parfois dérangeant, l’auteur a créé Azulie, un personnage qui doit combattre le Maître des cauchemars, représentation du mal, et sauver ceux que celui-ci a fait prisonniers grâce à la musique et à un objet symbolique. Cette entreprise permet de pénétrer les tableaux, de les découvrir de l’intérieur, de faire partie de l’Art. Souvent difficile à saisir, il devient ici très séduisant. L’univers a un nombre infini de portes, en voici une par laquelle il faut absolument passer. Dans la même collection, elle mènera aussi vers Van Gogh (La maison Soleil), Rembrandt (Le Cœur Tulipe), Hokusaï (Sous la grande vague) ou Vermeer (L’envol des couleurs).

 * Sur le blog de Lizouzou,
 :http://lespetitslivresdelizouzou.hautetfort.com/archive/2014/11/09/azulie-dans-la-nuit-de-nancy-guilbert-et-marc-chagall-5486399.html
Voici un album jeunesse original ! En effet, l'auteure Nancy Guilbert s'est inspirée de quelques tableaux du peintre Marc Chagall pour créer l'histoire d'Azulie.
Cet album d'art allie donc la peinture et la musique. Nous découvrons qui est réellement le peintre Marc Chagall qui a connu la guerre et qui était également doué pour la musique.
L'album se construit donc avec quelques tableaux du peintre. Certains éléments sont mis en avant grâce à des recadrages. Cela nous permet de nous focaliser sur des détails des tableaux que nous n'aurions peut-être pas vu sans ce redécoupage. C'est original et très bien trouvés. A partir de là, nous comprenons comment Nancy Guilbert a pu s'inspirer des œuvres de Chagall.
A la fin de lu livre, nous retrouvons également les tableaux en entier, avec leurs noms respectifs. Cela permet de s'intéresser aux peintures de Chagall et pourquoi pas de s'inventer sa propre histoire à partir des tableaux.
J'ai trouvé cet album très original. Il permet de s'intéresser à l'art d'une nouvelle manière, mêlant des éléments réels comme les tableaux avec des éléments fictifs comme l'imagination de l'auteure.
Une approche ludique qui devrait plaire autant aux enfants qu'aux adultes !

 * Sur le blog de Lylou de Livres et merveilles au pays de Ly Lan
Il y a quelques jours, j’ai eu la surprise de recevoir le dernier album de Nancy Guilbert publié par les éditions Léon art & stories : "Azulie dans la Nuit". Cet album fait partie d’une collection brillamment pensée. Nommée "Art-fiction", ses titres, publiés en plusieurs langues, sont référencés à la Réunion des Musées Nationaux et présentés dans les musées internationaux.
De l’art pour construire une histoire et éveiller les enfants, autant vous dire que l’ancienne historienne d’art qui sommeille en moi est tombée sous le charme du concept.
En feuilletant l’album, j’ai eu un temps d’hésitation avant de le lire à ma fille. J’avoue que les peintures de Marc Chagall me paraissaient un peu effrayantes pour elle. Ayant eu, enfant, des terreurs nocturnes assez fortes, j’évite de lui lire avant le coucher des albums qui pourraient la faire cauchemarder. Mais heureusement, ma fille n’est pas comme moi ! Elle dort comme un loir.
Dans le doute, j’ai quand même choisi de lui faire découvrir cette belle histoire un après-midi. Nous avons donc pris plus de temps pour bien observer l’album sous toutes ses coutures !
A la tombée du jour, Azulie entend une étrange musique qui l’interpelle. Un oiseau bleu apparaît alors, accompagné de créatures féeriques. Ils ont besoin d’elle et de son violon. La jeune fille les suit et arrive dans un univers magique. Les créatures y sont désespérées car le Maître des cauchemars leur a jeté un sort. Seule Azulie et la pureté de sa musique peuvent les délivrer. Armée de son courage et de son cœur pur, Azulie va devoir affronter ses peurs. Il lui faudra trouver la force de jouer la plus douce des mélodies pour pénétrer dans le Royaume des cauchemars et libérer ses nouveaux amis.
Avec un texte d’une extrême poésie, très travaillé et particulièrement fluide à la lecture, Nancy Guilbert nous emporte dans un univers totalement onirique. A mi-chemin entre le monde du rêve et celui du cauchemar, ce conte est une ode au courage. La nuit est pleine d’incertitudes et de frayeurs qu’il faut affronter afin de dominer ses peurs. En ce sens, les tableaux de Marc Chagall collent parfaitement au récit. Sombres et lumineux en même temps, ils évoquent à merveille l’ambivalence du sommeil.
Des détails pris dans plusieurs tableaux du peintre illustrent donc l’histoire. J’avoue que personnellement, je ne suis pas sensible au style de l’artiste. Au contraire, il s’en dégage une mélancolie qui me met mal à l’aise. Mais je n’ai pas voulu influencer ma fille. J’ai donc gardé pour moi mon sentiment. Et à ma plus grande joie, elle a pris un plaisir fou à observer les moindres détails.
En fin d’album, se trouvent les 8 tableaux qui illustrent l’histoire d’Azulie. Nous avons donc fait maints allers-retours pour trouver d’où provenaient toutes les illustrations. Une sorte de cherche et trouve au cœur des œuvres de Marc Chagall ! Cette manière d’aborder l’art avec ma fille m’a enchantée.
Et pour parfaire le tout, une dernière double-page répond aux questions que l’enfant peut se poser sur la vie et l’œuvre de l’artiste.
L’histoire d’Azulie et des créatures féeriques nous a beaucoup plu. J’ai été, encore une fois, complètement séduite par le style de Nancy Guilbert et par la construction de l’album basée sur des œuvres d’art et non sur des illustrations. Ce style totalement atypique dans l’édition jeunesse me semble y avoir complètement sa place. Une réussite ! 

* Sur le site littéraire "Encre vagabondes"
http://www.encres-vagabondes.com/magazine2/guilbert.htm
(...)
Huit toiles de Marc Chagall servent de support à ce très beau conte. Ces toiles sont choisies de façon à refléter l’œuvre et la vie du peintre : ses couleurs, les périodes sombres de sa vie, son goût pour la musique, son talent pour le violon. Elles illustrent magnifiquement chaque page de l’album, diffusant leurs détails et révélant leurs secrets. On peut les découvrir entières et légendées en fin d’ouvrage.
Les reproductions sont de qualité et les couleurs très belles.
Le texte est magnifique, poétique, riche et enchanteur.
En fin d’ouvrage également, figurent des informations sur la vie de Chagall et des explications sur l’histoire d’Azulie, sur les liens qui existent entre la vie du peintre et l’histoire inspirée par les toiles.

Merveilleuse mosaïque de couleurs, de notes et de mots, enchantement pour les yeux et les oreilles des jeunes lecteurs comme des plus grands, voici un très bel album pour aborder l’œuvre de Chagall.

Un vrai régal !

Cécile De Ram 
(14/02/15)    


 - Sur le blog de la MAM, ici :
lamareauxmots.com/blog/parlons-dart/
C'est vraiment un concept intéressant parce que les enfants écoutent (ou lisent )l'histoire qui leur est racontée et se familiarisent par la même occasion avec l'œuvre d'un grand artiste.
Un concept à suivre, donc ...

- sur l'interview du Journal l'Aqui !

Il n'est jamais trop tôt pour découvrir ce qui est beau, tel pourrait être en quelque sorte le credo des éditions Léon art & stories qui, depuis plus de deux ans maintenant, s'attachent à mettre de l'art devant les plus jeunes regards. Apprendre à voir comme on apprend à lire, apprendre à rentrer dans une toile comme on rentre dans un livre, décrypter des images comme on décrypte des mots, cette jeune maison d'édition place l'art et l'image au coeur de son propos en proposant aux jeunes lecteurs une histoire ou une intrigue sur fond d'oeuvre d'art. Des couleurs envoûtantes de Chagall aux tableaux mystérieux de Magritte en passant par La Maison Jaune de Van Gogh... ouvrez l'oeil! Les livres édités chez Léon art & stories, des vrais beaux livres rayon jeunesse. Fondées en 2012, ces éditions développent le concept de l’Art-Fiction au sein de  la littérature jeunesse en plaçant l’art et l’image au cœur de son propos. Chaque album publié, depuis près de trois ans maintenant, propose alors une histoire ou une intrigue tout en explorant une œuvre d’art. Aux manettes de cette jeune maison, Hélène Kérillis, directrice éditoriale et auteur et Julien Boudaud, directeur artistique et concepteur-designer graphique.

Des livres en français, en anglais et en néerlandaisAutre particularité de la ligne éditoriale de la maison Léon art & stories, la dizaine de livre éditée depuis 2012 est à découvrir et à lire en français bien-sûr, mais en anglais également et en néerlandais pour certains titres. Pour Hélène Kérillis, directrice éditoriale, la traduction va de pair avec l'édition: "notre ligne éditoriale se veut d’emblée internationale, proposant des versions en anglais dans le sens où c’est aujourd’hui une langue de diffusion évidente mais aussi en néerlandais comme nous l’avons fait avec trois titres puisque notre maison d’édition jeunesse traite de l’art, de Van Gogh, de Vermeer, de Rembrandt, des noms d’artistes illustres qui, pour nous, imposaient la traduction".
Deux collections pour deux âges Les éditions Léon art & stories, ce sont  deux collections, une première qui existe depuis le début, en 2012, la collection «Art-fiction» qui s’adresse aux 7/10 ans en les invitant à découvrir un artiste ou une œuvre d’art par album, y figurent aujourd’hui des ouvrages présentant Chagall, Hokusai, Magritte ou Renoir, et une seconde, toute récente puisqu'elle a été lancée au Salon du Livre de Paris ce mois-ci par les éditions qui exposaient pour la première fois à la Grand-messe parisienne, la collection « Mini Léon », bilingue elle aussi, et adressée cette fois-ci aux plus jeunes (à partir de quatre ans). Deux collections de beaux livres donc, des beaux livres qui offrent à voir aux jeunes yeux de l'art et des histoires, de l'histoire de l'art, des histoires dans l'art et de l'art dans les histoires, ça fait beaucoup de choses à voir mais il n'est semble-t-il jamais trop tôt pour voir le Beau... (mention spéciale pour Azulie dans la Nuit de Nancy Guilbert, superbe livre paru l'an dernier dans la collection Art-fiction qui rappelle une nouvelle fois combien Marc Chagall a peint des toiles qu'il faut voir, absolument, même tôt).

- Pour La Grande Nuit,

* sur le blog d'Entre les pages,
entrelespages.wordpress.com/2014/10/05/la-grande-nuit/

Que de surprises pour Noël ! Ce moment que tout le monde attend avec impatience et qui soulève aussi tant d’inégalités peut en effet être marqué par cet esprit de la renaissance, cette existence qui représente la chance, le choix, la beauté et la bonté profondes. Les éditions Vert Pomme, cent pour cent écologiques, véhiculent dans La grande nuit un message d’intelligence et de générosité qui dépasse un peu le recyclage et la préservation de la planète. Un message qui doit ressurgir à chaque 25 Décembre. Séverine Dalla et Nancy Guilbert montrent l’âme des jouets, certes, mais aussi celle de l’être humain qui s’accomplit. Un livre entre l’album et la bande dessinée qui inspire plein de belles et nobles idées.

Présentation de l’éditeur :

Un soir d’hiver, l’ourson Barnabé est abandonné dans une décharge. Heureusement, son chemin va croiser celui d’un grand-père aux doigts d’or et de nombreux autres jouets… Avec Barnabé et ses amis, découvre comment les objets peuvent avoir une seconde vie. L’album te donnera également des éco conseils et des idées ludiques pour les recycler et limiter leur accumulation.
Vert Pomme
Sélection Noël 2014


* sur le blog Les lectures de Pampoune
Merci aux éditions Vert Pomme pour l'envoi de ce petit album qui me tentait beaucoup de par son thème : les jouets qui encombrent les déchargent chaque année à la période des fêtes.


Voici un album très court que chacun devrait lire parce qu'il traite d'un problème grave : l'accumulation
d'objets destinés à la décharge, en l'occurrence les jouets, alors qu'il est souvent si simple, avec un peu de bricolage, de donner une autre vie à ces objets en question.
Etant donné que nous parlons ici d'un livre pour la jeunesse, ce sont les jouets qui sont à l'honneur et plus particulièrement un ours en peluche (le jouet qui est par excellence le jouet indémodable).
Nous voyons donc Barnabé être recueilli un vieil homme qui va le réparer afin de l'offrir à une autre petite fille tendis qu'il répare également d'autres jouets pour les offrir à divers enfants.
Par la suite, nous verrons les enfants en question découvrir eux-mêmes comment il est possible, avec du matériel de récupération, de créer de très beaux objets et plein de jouets.
L'album prend un aspect de réécriture de la légende du Père-Noël en ce que le vieil homme, qui ne sera jamais nommé en tant que tel, est celui qui distribue les cadeaux et qui dira à la fin de l'album aux enfants : "C'est à votre tour de faire la tournée des cadeaux aujourd'hui".
J'ai trouvé cette idée plutôt intéressante même s'il me semble que cela peut d'une certaine manière réduire le public auquel on peut destiner l'album (puisque aujourd'hui tout le monde ne fête pas Noël).
Cet album se présente sous la forme d'une BD mais une BD que l'on peut lire comme un album ce que j'ai beaucoup apprécié car il est plutôt rare de pouvoir aborder ce genre avec les enfants au sein d'une histoire qui sort de l'aspect "série".
Les illustrations de l'album sont d'ailleurs très mignonnes et devraient plaire aux enfants qui pourront suivre l'histoire même en ne sachant pas forcément lire.
Par ailleurs, l'ouvrage se termine par une double-page plus documentaire où il s'agit d'apprendre à bricoler avec du matériel de récupération des objets simples et qui font toujours leur petit effet : une décoration de Noël ou une mangeoire à oiseaux par exemple.
En conclusion...
Voici un petit album comme on les aime qui fait réfléchir tout en nous offrant une belle histoire à lire avec les enfants pour leur faire découvrir le monde et leur permettre de comprendre que la décharge n'est pas la solution à tout.
Un titre à découvrir et une bonne idée de cadeau pour Noël (ainsi qu'avant Noël pour ne pas se débarrasser tout de suite des vieux jouets)..

 - Sur le blog de Blandine Vivre Lire :
Depuis quelque temps, de vieux jouets sont laissés là en bordure de la forêt. Avec la neige et le froid, l'ourson Barnabé craque. Heureusement, il est recueilli par un vieux monsieur barbu qui compte bien s'occuper de lui, comme de tous ses autres compagnons d'infortune.
Avec douceur et amour, il les répare, les recoud, les rafistole, les ramène à la vie. Il prend le temps de s'occuper de chacun d'eux. Puis, il les emmène dans un grand chariot où sous leurs yeux émerveillés, défile un paysage magnifique, jusqu'à une grande clairière où les attendent des enfants.
Tous sont distribués et même le ciel est à la fête !
Mais comment ce grand-père fait-il transformer de vieux objets moches et cabossés en de si beaux cadeaux ?
Le texte est doux et ponctué de rimes. Il fait appel à l'imagination et à des références. Tous peuvent se retrouver dans ces mots. Les illustrations sont très belles et mon trio et moi avons particulièrement aimé celles avec les paysages et la Lune, qui nous a rappelé un tableau de van Gogh, La nuit étoilée.
Dernier-né des éditions Vertpomme, mais premier à être doté d'une couverture cartonnée, ce doux album est dans la lignée de ses prédécesseurs. L'histoire nous est contée sous le format de la BD, et quatre pages d'informations le concluent.
http://vivrelivre19.over-blog.com/2014/10/pour-un-noel-tendre-chaleureux-et-solidaire-deux-albums-des-4-ans.html Lien : http://vivrelivre19.over-blog.com/

 * sur le site d'Echo-bio

Un soir d’hiver, l’ourson Barnabé est abandonné dans une décharge. Heureusement, son chemin va croiser celui d’un grand-père aux doigts d’or et de nombreux autres jouets.

Cette petite BD, poétique et aux illustrations toutes douces, s’achève dans la joie partagée d’une « grande nuit » de fête…
Avec Barnabé et ses amis, l’enfant découvre comment les objets peuvent avoir une seconde vie. L’album donne également des éco conseils et des idées ludiques pour les recycler et limiter leur accumulation. Bricoler et créer sans dépenser, c’est malin !
Cette histoire s’adresse aux enfants dès 4 ans et saura toucher aussi les plus grands.
La Grande Nuit, Nancy Guilbert, illustrations Séverine Dalla, Editions Vert Pomme, 32 p., couverture cartonnée, 9,60 €.
 http://www.vertpomme-editions.fr/


Sur le blog de la Sauterelle Tactile :
Alors que nous prenons la route vers la fin de l’année et qu’après Halloween (qui se rapproche si vite) nous célébrerons la Saint-Nicolas puis Noël et enfin la nouvelle année, Nancy Guilbert nous propose une histoire magique « La Grande Nuit », illustrée par Séverine Dalla et publiée chez Vert Pomme Editions. La Sauterelle a eu un immense coup de cœur pour cette maison d’édition portée par la passion de son éditrice. Depuis son esprit jusqu’à ses histoires en passant par ses magnifiques illustrations, Vert Pomme c’est un gage de qualité et d’engagement pour les lecteurs avides de beaux livres.
A commander en ligne sur le site des éditions Vert Pomme, ces ouvrages se présentent sous la forme de strips de bande dessinée et accompagnée de texte à la manière d’un album jeunesse. Vous aurez un réel plaisir à raconter et à lire l’histoire. En effet, le lecteur est respecté en tant que futur citoyen. Avec une intelligente délicatesse, chaque ouvrage présente un thème important en lien avec l’écologie ou le développement durable pour éveiller la curiosité du lecteur.
« La Grande Nuit » s’inscrit dans cette ligne éditoriale. Dédié « à tous ceux qui œuvrent pour une seconde vie ou une seconde chance »,  Nancy Guilbert nous entraîne au cœur d’une forêt dans ce qui ressemble à une décharge sauvage à la rencontre de jouets abandonnés et abîmés. Eux savent qu’ils ne sont pas à leur place et heureusement, dans cette forêt un grand-père magicien se promène souvent pour offrir une seconde chance à ceux laissés sur le côté.
L’histoire est superbe et aborde de nombreux thèmes. Encore plus important que la réutilisation, le recyclage ou l’offre d’une deuxième vie à des objets comme des jouets, l’auteure évoque la seconde chance pour chacun. Les mots sont justes et la découverte magique.
Les illustrations de Séverine Dalla offrent un magnifique support visuel à l’histoire. Nous avons déjà adoré son coup de crayon dans « Cours, Petit Hérisson » et c’est avec plaisir que nous la retrouvons dans « La Grande Nuit ». Que ce soit Louison ou Barnabé, les héros Vert Pomme sont toujours attachants! 
Chaque histoire est suivie de plusieurs pages pour expliquer le thème du livre. Ces documentaires sont excellents et permettent d’ouvrir l’histoire à des discussions de telle manière que la dernière page ne marque pas une fin mais un début. Dans « La Grande Nuit », le lecteur découvrira également plusieurs activités de bricolage en lien avec l’histoire. La Sauterelle est toujours friande de pistes pour poursuivre un thème à travers plusieurs activités et c'est un vrai plaisir de retrouver cette possibilité chez Vert Pomme. 

 - Sélectionné dans la lettre de la MAIF du mois de novembre 2014:




Pour le Souhait de Jade, sur le blog de Blandine Vivre Livre

Le souhait de Jade. Nancy GUILBERT et Cécile ARNICOT. (Dès 5 ans)
http://vivrelivre19.over-blog.com/2015/02/le-souhait-de-jade-nancy-guilbert-et-cecile-arnicot-des-5-ans.html


Pour ce premier RDV du Challenge «Je lis Aussi des Albums 2015 » de Sophie Hérisson, le thème retenu est celui des sentiments !

Des sentiments, il y en a tout plein dans le délicat album que je vous présente de suite !


Il fait sombre et froid dans le cœur de la petite Jade. Les larmes, d’abord abondantes se sont taries, les jours de novembre passent inexorablement. Jade attend, Jade espère. Le soleil, les couleurs et la vie se sont enfuis, en même temps que son papa.
C’est dans la bibliothèque, au cœur d’un atlas que Jade trouve un peu de réconfort. Elle s’évade.
La voici en Afrique ! Il fait beau, il fait chaud, le soleil resplendit et un petit garçon, Djibi, l’emmène à la recherche de son papa, au cœur d’une nature luxuriante, bigarrée et magnifique.
Bien que ses yeux soient émerveillés, la petite fille a le cœur serré. Elle trouve dans la famille de Djibi du réconfort au corps et à l’âme.
Un moyen de se rapprocher de son papa, en ressentant les mêmes émotions et envies.
Rassurée et apaisée, elle peut à son tour transmettre.
Le texte, à la fois très doux et poignant, est sublimement mis en valeur par les gracieuses illustrations de Cécile Arnicot. Toutes en couleur et en finesse, elles mêlent différentes techniques, offrant à l’album et à son lecteur, un voyage inattendu.
J’ai été très émue suite à ma lecture. Et je ne sais pas trop pourquoi cet album a eu une telle résonnance en moi.
Depuis quelque temps, je me passe une chanson d’Eros Ramazzotti en boucle : E per te (sta passando novembre).
Tous deux se complètent et se répondent. Je tiens à remercier chaleureusement Nancy Guilbert pour m’avoir permis de découvrir cet émouvant album dont le texte, écrit il y a douze ans, a été le premier pour lequel on lui a dit « oui » (c'est-à-dire aussitôt accepté par l'éditrice).



- Pour Le Roi de la Jungle,

- sur le blog Les carnets de Mya,

Comment ne pas craquer devant une si jolie couverture ? A la maison, nous aimons particulièrement les histoires de lions et autres animaux de la Savane, et ce livre nous a tout de suite tapé dans l'oeil ! Et je peux vous dire que ce que nous avons découvert à l'intérieur, nous a encore plus plu ! Les illustrations sont fantastiques : pleines de couleurs et de personnages aux looks rigolos et aux bouilles sympathiques.

Quant à l'histoire, elle semble drôle et légère, mais derrière l'humour se cache en fait un sujet bien plus sérieux et beaucoup moins drôle : l'abus de pouvoir. Chapacha devient, au fil des pages, un véritable dictateur qui impose ses idées et ses règles, n'écoute pas les autres, n'hésite pas à les rabaisser et à les humilier et ne leur laisse plus aucune liberté. Heureusement, ces derniers vont se rebeller et réussir à lui faire entendre raison. C'est un sujet vraiment difficile à aborder avec les enfants et je trouve qu'il est très bien traité dans cet album, sans trop en faire, en restant dans le domaine de l'humour mais en faisant pourtant passer un message fort. Je suis vraiment ravie de cette découverte car je ne m'attendais pas du tout à cela.


En quelques mots :

Un album formidable qui, par le biais de l'humour, fait passer un message fort. Les illustrations sont vraiment très belles, pleines de couleurs envoûtantes et de sublimes décors, et les personnages sont vraiment drôles et très expressifs. Une très belle découverte !


- Sur le blog Livres et merveilles au pays de Ly Lan
http://www.livres-et-merveilles.fr/2014/04/album-jeunesse-li...


Beaucoup d’humour pour aborder un sujet pas si facile
Dès que j’ai vu la couverture et la présentation de cet album sur le blog de Nancy Guilbert, j’ai tout de suite pensé qu’il allait me plaire. Un gros lion (qui est en fait un chat !) au regard bien loufoque, qui se prend pour le roi et qui en fait voir de toutes les couleurs à ses camarades de la savane ! Voilà une histoire qui m’a rappelé quelques péripétie de cours d’école... (Et pas que ! d’ailleurs ;-)) Publié par les éditions Marmaille & compagnie, que je remercie pour cet envoi, "Le roi de la jungle" est un album bourré d’humour, superbement illustré par Florian Le Priol et qui, l’air de rien, véhicule un message très important pour les enfants.Alors qu’il part retrouver son groupe de rock pour une répétition, Chapacha, le chat doré, se prend une noix de coco sur la tête ! Et là tout va basculer... non seulement il se met à zezoter, mais surtout il s’imagine être le roi de la jungle ! Assisté par ses "amies" les hyènes, il commence par tyranniser les copains de son groupe de rock et c’est Grabidon l’hippopotame qui en fait les frais le premier. Terrifiés par ce nouveau despote, les autres animaux n’ont pas d’autre choix que d’obéir. (Vraiment ? Pas d’autre choix ?) Les humiliations, ordres et autres menaces fusent dans tous les sens. Plus de loi dans la jungle, hormis celle de sa sublime majesté Chapacha !Heureusement ses cinq compères musiciens (Binoclar le cobra, Rikki-Kill la mangouste, Korbillar le vautour, Grabidon l’hippopotame et Curedan le porc-épic) ne comptent pas se laisser faire. Ils font alors appel au vrai lion de la savane, Bono-le-décoiffé (N’y a-t-il pas, dans ce nom, une petite référence musicale ?), qui va trouver une solution désopilante pour faire redescendre Chapacha sur terre !Vous l’aurez compris en lisant ce résumé, cette histoire est un concentré d’humour. Pour aborder le thème délicat de l’autoritarisme, Nancy Guilbert mêle avec justesse des expressions comiques à des situations ridicules mais toujours drôles. Il est donc beaucoup plus aisé de comprendre l’injustice et les conséquences de l’abus de pouvoir quand elles sont tournées en dérision. Car quel enfant n’a pas connu un Chapacha ou, même, tenté d’en être un ? Non, non, non, à chacun sa liberté ! Le texte est réellement sublimé par les illustrations de Florian Le Priol qui sont particulièrement réussies. Les animaux ont des expressions tout à fait saisissantes. Les couleurs, vives et chatoyantes, nous transportent au cœur de la jungle africaine. Alors que les grimaces burlesques du chat tyran et le sourire malicieux du lion Bono nous mettent de bonne humeur et nous donnent envie de danser un rock endiablé avec eux !

un coup de cœur sur le blog  1er chapitre :
http://1erchapitre.over-blog.com

Total craquage devant cette couverture mais dès que l'on ouvre ce magnifique album et que l'on tourne au fur et à mesure les pages de cette histoire rocambolesque, cela se transforme en gros coup de cœur !
 Une histoire bourrée d'humour pour aborder le thème du pouvoir sur les autres et l'espace de liberté de chacun.
C'est truculent dès la première ligne.
On y traite de tyrannie, d'humiliation, pour faire comprendre à l'enfant les conséquences de l'abus de pouvoir, sous forme d'histoire abordable pour son âge avec des animaux de la jungle très cocasses et un texte rempli de situations désopilantes.
Nancy Guilbert fait très bien comprendre à l'enfant les conséquences d'un tel abus de pouvoir : ce que peut être amené à faire celui qui est avide de pouvoir, mais aussi dans l'autre sens ce que peut être amené à faire celui qui a peur de celui qui détient le pouvoir entre ses mains et qui se trouve donc impressionné et qui se verra obéir à son tyran de peur d'en subir les conséquences.
Deux situations compliqués qui peuvent parfois atteindre l'enfant puisque nous ne sommes pas sans savoir ce qui peut parfois se passer à l'école...

Histoire très drôle pour ce thème. En plus de ça, Nancy Guilbert utilise le zozottement de Chapacha pour sublimer l'effet humoristique et rendre ce chat doré très amusant malgré ses airs de divinité avide de pouvoir.
Quelques mots difficiles pour l'enfant dans l'histoire, "grandiloquente", "marigot", mais ceci sera l'occasion de découvrir quelques mots auprès d'adultes.
Nancy Guilbert fait tout pour rendre l'histoire amusante, les noms donnés aux animaux sont très drôles entre Grabidon l'hippo, Curedan le porc-épic, 007 le cacatoès ou encore Bono-le décoiffé.
Des personnages qui sont mis dans des situations amusantes tout au long de l'album.

A ce texte truculent viennent s'ajouter les magnifiques illustrations de Florian Le Priol.
Franchement, j'adore !!!
Devant les pages de cet album on a l'impression d'être devant un dessin animé tellement les expressions ont un rendu visuel.
C'est formidable, on a l'impression d'être présent au milieu des huluberlus de la jungle !! C'est drôle !!!
Ils ont tous des visages, des expressions de déjantés prêts à faire la première bêtise. J'a-do-re !!
Le choix des personnages est extra lui aussi : hyènes, mangouste, vautour, porc-épic etc...

Des illustrations pleines de détails à observer, des couleurs chatoyantes, une lumière formidable. Du mouvement apporté aux différents animaux.
On a l'impression de se glisser dans une jungle parmi eux. Beaucoup de soin apporté aux détails.
Exemple : nos fameux compères sont membres d'un groupe de rock, le Jungle rock : l'illustrateur a pris soin de les affubler de petits accessoires rock, Grabidon porte plusieurs anneaux à ses oreilles, Korbillar le vautour porte à son cou un collier avec un petit os accroché, la mangouste porte sur sa tête une paire de lunettes très rock. bref, détails riches !!

 Illustrations sur pleines page ou double page, donc un visuel très large.
Et puis le texte est inséré dans les illustrations. Texte très rythmé par la police utilisée, un peu rock et déjantée aussi avec un appui pour le zozottement de Chapacha en utilisant la majuscule.

 Vous l'aurez compris je suis totalement sous le charme de cet album qui est un coup de cœur sur tous les points de vue : thème abordé sous forme humoristique, histoire, personnages, illustrations. Tout est bon !! Très belle découverte.
Un album qui plaira aux jeunes lecteurs mais je suis convaincue qu'elle fera sourire les plus grands aussi.
Moi j'adopte cette bande d'huluberlus !!!

* ici sur Mes Madeleines (sauf que je ne suis pas l'illustratrice !)
mesmadeleines.wordpress.com/.../florian-le-priol-illustrations-nancy-guil...

Un chat amateur de jazz se prend une noix de coco sur la tête et pète les plombs : il s’autoproclame "le roi de la jungle" et entend que ces ordres tous plus loufoques et inutiles les uns que les autres soient respectés … Arrive le véritable roi de la jungle ….
Mon avis :
1- un dessin jubilatoire (bouille rondouillarde du chat avec des yeux exhorbités, mobilité de la gueule grande ouverte pour hurler ses ordres)
2- des références intertextuelles à faire retrouver aux enfants pour prolonger la lecture : Les Aristochats pour le boeuf de fin,  le roi Salomon pour la sagesse de Bono-le-Décoiffé,  le proverbe "la musique adoucit les moeurs" quand Chapacha le roi de la jungle devient le roi des allumés.



*  et là sur le site de Lire en Touraine, rubrique "coups de cœur"

www.lirentouraine.com/lire-lactualite/items/495.html

Le roi de la jungle / Nancy Guilbert ; ill. par Florian Le Priol.- Marmaille & Compagnie, 2014.
ISBN : 978-2-36773-033-2
12 euros
Succès garanti auprès du jeune public avec cet album en apparence loufoque mais qui délivre un message important sur l’abus de pouvoir. Chapacha, le chat doré, se transforme en despote vaniteux après avoir reçu une noix de coco sur le crâne. Avec l’aide du lion Bono, ses anciens amis vont s’employer à lui rendre la raison. Texte savoureux et illustrations très animées et colorées se complètent et font ressortir tout le ridicule du personnage mais aussi ses excès.
A partir de 4 ans.
Coup de cœur de Sylvie, DLLP Chinon.

- Sur le blog de Laël, Sous le Feuillage :
souslefeuillage.blogspot.com/2014/08/le-roi-de-la-jungle.html

Une histoire déjantée et farfelue bourrée d'humour grâce aux dessins très expressifs et jubilatoires de Florian Le Priol et au texte réjouissant de Nancy Guilbert. L'histoire est plutôt rigolote et fort bien trouvée avec une fin hilarante : un gros chat malade qui pète un câble et qui se prend pour le roi de la jungle alors que tout simplement il s'agit d'un illuminé ! Comment faire pour qu'il redescende sur Terre? Le texte drôle est efficace et dynamique grâce aux dialogues accrocheurs et captivants. Nancy Guilbert associe situations comiques, expressions burlesques, idées absurdes et tout ceci fonctionne bien puisqu'on rit beaucoup, on s'amuse aussi.
Les illustrations sont très vives, chatoyantes, colorées et les grimaces du chat, les expressions ahuries ou sceptiques des autres animaux sont vraiment réussies. On se régale. Mine de rien, l'album véhicule un message important et traite du pouvoir absolu, de l'abus qu'on en fait: ordres absurdes, tyrannie, régime de la peur, tortures physiques (ici des guilis), jeux inutiles, le Roi Chapacha en fait voir de toutes les couleurs aux animaux de la savane. Une manière désopilante d'aborder l'autoritarisme, tout en suscitant l'humour qui finit par l'emporter! Une chouette découverte.


- Sur le blog des lectures de Liyah,



Mon avis : Nancy Guilbert est une auteure que j’aime beaucoup et que je prends plaisir à découvrir davantage ces derniers temps.
Le roi de la jungle nous parle de Chapacha le chat doré qui après avoir reçu une noix de coco sur la tête s’est pris pour le roi de la jungle. il a pris ce rôle tellement au sérieux qu’il a commencer à tyranniser tous ses amis de la jungle en leur imposant ses lois.
C’est une histoire plutôt sympathique et amusante, mais je dois bien avouer que je l’ai trouvé un peu trop loufoque à mon goût. Je l’ai trouvé assez difficile à lire à voix haute entre les zozotements du roi et les noms un peu trop originaux.
L’histoire est un peu longue également et mes enfants ont un peu décroché au fil de la lecture. Peut-être se destinerait-il à des enfants un peu plus grands.

Malgré tout l’histoire est plutôt drôle et j’ai aimé les valeurs transmises. A travers Chapacha, on voit combien vouloir soumettre ses amis à ses quatre volontés ne donne rien de bon.
La chute est bien trouvé et remet vite les idées en place à Chaplapla.
Ce comportement n’est pas inconcevable chez les enfants. Parfois lorsqu’ils sont en groupe, un enfant à tendance à vouloir s’imposer par rapport aux autres. Si au départ ces derniers jouent le jeu, bien souvent il finit par se retrouver seul car les autres enfants sont loin de s’amuser.

Les illustrations sont très belles. Les couleurs sont chaudes et c’est un plaisir pour les yeux. Certains dessins sont également très rigolos et ont beaucoup fait rire mes enfants.

Globalement c’est un bel album avec une histoire qui transmet de jolies valeurs. Je le ressortirai un peu plus tard lorsque mes enfants auront grandis.


* Sur le blog "Gourmanlises"
histoiresetgourmanlises.com/2015/02/03/3009/

Nancy Guilbert aborde le thème de la dictature mais crée un renversement humoristique. Car ce qui est drôle, ici, c’est que tout le monde parvient à se laisser convaincre que c’est bien lui, Chapacha, le roi de la Jungle. Car ce qu’il faut savoir, c’est que sous le coup de cette noix de coco, notre gros matou s’est mordu la langue, et voilà qu’il zozote ! Un zozotement qui le décrédibilise totalement, d’autant plus qu’il n’est pas un lion, alors encore moins un roi ! Et, disons-le, il y a surtout sa frimousse de chat loufoque, complètement illuminé, qui nous fait bien rire. Un album parfait pour évoquer la prise de pouvoir, souvent rencontrée dans les cours d’école : car quel enfant n’a jamais subi cette prise d’autorité ou n’en a pas été acteur ?
Le coup de crayon talentueux de Florian Le Priol rehaussé de couleurs chatoyantes apportent un air joyeux et musical, donnant ainsi un rythme endiablé à l’histoire. Les somptueuses illustrations aux traits doux et fins ne pourront que plaire au lecteur. Sans oublier Chapacha le chat doré, qui ne manquera pas de nous fait rire de sa mine joviale et légèrement toquée ! 

- Pour Lili Pirouli, Tous avec moi !

ici sur  http://publikart.net/lili-pirouli-la-nouvelle-heroine-bd-jeu...Lili Pirouli est une petite fille pleine de ressources et d’imagination. Ce premier album, Tous avec moi, pourrait bien faire de cette nouvelle héroïne la meilleure amie des tout petits. Lili Pirouli est en effet une première BD idéale qui se lit à partir de 5 ans !
Les planches mettent en scène une dizaine de petits sketchs toujours attendrissants, vécus à travers cette petite Lili bourrée d’énergie, de malices et, forcément, débordante d’idées ! La lecture est fluide et agréable. On s’amuse et on sourit sans se forcer. Le dessin est soigné, aéré et simple. Parfait pour partir à la découverte de l’univers BD par nos petits.


Une bonne surprise, qui fera le bonheur des plus jeunes !

* puis sur le blog http://butinerdelivresenlivres.blogspot.com/2014/02/lili-pir...
Lili Pirouli est une petite fille bien de son temps qui accumule bêtises et facéties. Débrouillarde, intelligente, elle assimile tout ce qu'elle entend dire autour d'elle, pour s'en resservir à bon escient. Le récit évoque donc avec tendresse et fantaisie le parcours et les péripéties de la vie quotidienne de cette fillette de 7 ans.


On sourit à ces aventures, amusé par la spontanéité enfantine qui nous rappelle forcément nos propres bambins. Cette gamine malicieuse réjouira d'ailleurs les jeunes lecteurs qui se retrouveront fortement dans ce personnage. Croqué par Armelle Modéré, l'univers est dynamique et chaleureux. A travers des dessins pétillants et colorés, elle nous offre des personnages attachants. Avec sa bouille de coquine et son bidon souvent à l'air, Lili est particulièrement réussie. 



Cette BD "première lecture" convient aux lecteurs débutants mais qui lisent déjà tout seul, c'est à dire autour de 7 ans. L'âge de Lili en plus ! Elle deviendra certainement une de leur camarade de lecture préférée ! La mise en page très claire, en fait également un ouvrage adapté à la découverte de la bande-dessinée  Avec un zeste d'impertinence, c'est une BD joyeuse et emplie de vie. A découvrir dès 5 ans. 
 


là, sur celui d'Anne Loyer http://enfantipages.blog.lemonde.fr/2014/02/26/lili-pirouli-...
Lili Pirouli, couettes blondes, serre tête à ailes transparentes, tee shirt coccinelle, a un  sacré tempérament. De la répartie, des idées en veux-tu en voilà, un caractère affirmé et affiché... cette gamine-là ne manque pas de ressource. Cartable trop lourd, dents à brosser, peine d'amour, mauvaise note, revendications à faire passer ? Lili Pirouli a toujours son mot à dire, son opinion à imposer ! Heureusement qu'elle a des parents cools !
Nancy Guilbert (Lire aussi
Sous la pluie) donne vie à un petite peste craquante dont la charmante bouille est confiée à Armelle Modéré. Les mini aventures de la demoiselle, façon BD, s'enchaînent au rythme pétillant de la petite héroïne ! De l'impertinence et de l'humour, duo gagnant de cette facétieuse à lire dès 5 ans !


*  là : http://www.nrblog.fr/casedepart/2014/03/01/la-selection-de-l...

Lili Pirouli est une chipie. Ayant de la suite dans les idées, elle en fait voir de toutes les couleurs à son entourage. Tous avec moi ! est le premier tome de la série Lili Pirouli, scénarisée par Nancy Guilbert et dessinée par Armelle Modéré.
Lili Pirouli est une petite fille espiègle de 7 ans qui vit avec son papa, sa maman et son chien dans une charmante maison. Son quotidien est rythmé par ses prises de bec avec sa mère, les entourloupes face à son père et l’école primaire.
Lili Pirouli est un petit album agréable pour les jeunes lecteurs qui pourront facilement s’identifier à cette héroïne espiègle. Les récits courant sur deux-trois planches sont tous très craquants et bien contés. Ces mini-histoires de Nancy Guilbert mettent en scène des tranches de vie de Lili de manière amusante. Jamais méchantes, elle font sourire au premier coup d’œil. Le trait sans contour de cases de Armelle Modéré, à mi-chemin entre Les triplés de Nicole Lambert et Titeuf de Zep, est parfait pour le jeune public. Les couleurs pétillantes rendent bien la folie douce de la petite fille.
 



* et enfin là, sur http://www.actuabd.com/

Autre titre : "Lili Pirouli", tome 1 : "Tous avec moi !", par Nancy Guilbert et Armelle Modéré.
Lili Pirouli est une petite fille espiègle et facétieuse ; elle vit dans un environnement familial aimant avec ses parents, son chat et son chien. Elle est toute mignonne, avec ses couettes blondes et son nombril à l’air, mais cela ne l’empêche pas de faire pas mal de petites taquineries, comme faire la grève du cartable, par exemple, ou encore organiser une manifestation dans la cour de récré !
Avec un dessin, là encore, dans la tradition franco-belge des BD enfantines et de grande qualité (on pense parfois à "Boule et Bill" du génial Roba), sans toutefois être enfermé dans des cases, "Lili Pirouli" est un excellent album pour les jeunes lecteurs qui plaira également aux plus grands. À partir de 5 ans.


Ces huit petites histoires nous entraînent dans les pas de cette fillette qui fait presque la synthèse de toutes ces questions que se posent les enfants, sur ces bêtises qui nous font sourire ou bondir. Il y a de l'espièglerie derrière ce petit bout de choux qui cache ses billes dans son sac, qui ne veut pas aller se laver les dents ou qui va voir un à un ses camarades de classe pour leur chiper un vote. On sourit, car mine de rien les souvenirs resurgissent immanquablement, on revoit la silhouette d'une autre petite fille qui jouait avec nous dans la cour, on revoit nos propres enfants et on reconnait bien cette moue qui se dessine quand cela ne va pas.

Les petits scénarios de Nancy Guilbert sont donc particulièrement subtils, car ils ne tombent pas dans le piège du caractère forcé, Lili est très naturelle, pleine de vie sans pour autant oublier qu'elle est avant tout une enfant. On ressent parfaitement l'attachement de ses parents qui jouent le jeu avec elle, qui ne se laissent pas toujours faire (bon, papa est gentil quand même !), mais qui restent surtout à son écoute, répondant à ses questions, la calinant quand il faut, sans toujours savoir quelles vont être les prochaines interrogations !

Graphiquement, le trait d'Armelle Modéré est bourré de charme et de vie ! Lili sautille, pétulante, les couleurs sont vives et fraîches... On a envie de l'accompagner, de voir cette cour de récré s'animer en la suivant !

Un premier volume qui gagne à être découvert par ces petites têtes blondes... Un futur indispensable !
Par Fredgri, le 14/03/2014

* sur planete BD : www.planetebd.com/bd/des-ronds...l.../lili-pirouli/.../22673.html
 Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Accompagné par un dessin stylisé enfantin, ultra lisible et coloré, les courtes historiettes que contient ce (premier ?) recueil de Lili Pirouli s'adressent en priorité aux jeunes lecteurs. Avec cette nouvelle série publiée par Des ronds dans l'O sous la bannière « jeunesse », Nancy Guilbert et Armelle Modéré mettent en scène une fillette d'environ 8 ans dans ses préoccupations quotidiennes. Les devoirs de l'école, le brossage des dents, la définition des relations sociales, voire sentimentales, la naissance d'une personnalité propre qui tente régulièrement de grignoter et s'affranchir de l'autorité paternelle... Chacun des sujets abordés est d'une grande pertinence par rapport à la vie ressentie d'une fillette de cet âge. Le fort caractère montré par la petite héroïne joue aussi beaucoup sur l'attachement qu'on lui porte. A cette personnalité, les parents répliquent néanmoins toujours avec une éducation modérée et adaptée, ce qui ajoute un sens moral certain aux saynètes. Les enfants s'assimileront donc d'autant plus aisément au personnage que ses répliques et ses soucis leur parleront. Les parents y trouveront aussi un peu leur compte, tant l'authenticité est frappante : on croirait les nôtres ! Seul petit bémol : ces 8 historiettes s'avalent très rapidement...      


14 mars 2014

* Il y aura une exposition des originaux  dans la bibliothèque de Semur-en-Auxois pendant le salon du livre auquel participera Armelle au mois d'avril.

9ème festival BD à Semur-en-Auxois

9ème festival BD à Semur-en-Auxois
Du 12 avril au 20 avril 2014
A ne pas manquer, le festival de la bande dessinée à Semur-en-Auxois présente des expositions, des dédicaces, des animations, des  boutiques autour de la bande dessinée.
Découvrez cinq lieux, six expositions
- Bibliothèque Lili Pirouli Exposition de planches et de croquis d’Armelle Modéré : Lili Pirouli est une petite fille bien d'aujourd'hui, pleine d'énergie et de répartie, née de l’imagination de Nancy Guilbert. Avec elle, découvrez comment se faire élire responsable de classe, éviter de se brosser les dents ou organiser une manifestation pour ne plus avoir de devoirs …

* Sur le blog de Maman Baobab :
maman-baobab.blogspot.com/2014/05/des-jours-de-bulles.htm

Lili Pirouli de Nancy Guilbert et Armelle Modéré. Avec Lili Pirouli, une blondinette à couettes qui n'a ni les deux pieds dans le même sabot ni la langue dans sa poche, la BD prend une toute autre teinte. Un poil rose sans être trop bonbon, c'est plutôt du côté du peste qu'elle frise. Lili, l'héroïne de 7 ou 8 ans, n'hésite pas à faire grève pour un cartable trop lourd en omettant juste d'indiquer à son père offusqué qu'il est rempli de billes, demande une récompense parce qu'elle a eu 3/10 en dictée et pas un zéro habituel, à faire des dizaines de promesses insensées pour que ses camarades l'élisent déléguée. Il y a bien d'autres histoires dans un premier tome, une première BD parue aux éditions des Ronds dans l'o, dont certaines ne sont probablement pas loin d'être tirées d'histoires vécues, comme quand Lili explique à son papa à quel point l'amour c'est compliqué, ou bien quand elle demande à sa maman s'il y avait des dinosaures quand elle était petite. Rose et légère, Lili est à découvrir à partir de 7 ans.

* Sur le blog de la Mare aux Mots :
wwwlamareauxmots.com



* Sur le blog Les lectures de Liyah ,
www.leslecturesdeliyah.com/lili-pirouli-t-1-tous-avec-moi-nancy-guilbert...



Mon avis : Voici une petite BD qui s’adresse directement aux jeunes lecteurs.
J’ai eu très envie de lire cette bande dessinée jeunesse, car Nancy Guilbert est une auteur que j’apprécie beaucoup. J’ai lu de deux ses albums (pour le moment), Sous la pluie qui avait été un coup de coeur, ainsi qu’Aliénor et le château assiégé, que j’avais adoré pour son originalité.
Lorsque j’ai vu que Nancy Guilbert avait écrit une bande dessinée, je me suis dis que c’était l’occasion pour découvrir sa plume d’une autre manière.
Lili Pirouli est une petite fille de 8 ans. Elle est plutôt espiègle, mais aussi très mignonne et rigolote. Elle ne manque pas de répartie et d’idées pour mener la vie dure à ses parents et son entourage. Malgré tout, elle n’est pas la petite héroïne tête à claques. On s’attache à elle, et elle sait se faire apprécier de ses lecteurs.
Ce premier tome regroupe plusieurs petites histoires de la vie de tous les jours. Elle s’enchaine et se lisent très bien. Je trouve que c’est l’idéal pour partager avec les plus jeunes enfants. C’est l’occasion de leur faire découvrir leur première BD, par exemple.
En tout cas, le lecture est fraiche et pétillante. Les petites histoires s’enchainent avec rythme.
Les illustrations sont très réussies. Elles sont vivantes et pleine de peps. Il y a de la couleur, beaucoup de couleurs. C’est un univers très joyeux et acidulé. C’est très réussi et je suis fan.

Lili Pirouli est une petite bande dessinée jeunesse vraiment très sympathique. Je vous la recommande pour les plus jeunes enfants qui ne manqueront pas d’apprécier cette petite héroïne qui leur ressemble.

* Sur le blog de Blandine de Vivre Livre :

 http://vivrelivre19.over-blog.com/2015/01/lili-pirouli-tome-1-tous-avec-moi-nancy-guilbert-et-armelle-modere-des-5-ans.html

Ce premier tome porte bien son nom !
Oui, tous avec Lili Pirouli ! Comment lui résister d’ailleurs ? !      
Cette petite blondinette vive et franche nous emmène dans son quotidien, école, maison, devoirs et brossage de dents…
Pas franchement folichon, hein ?
Mais c’est compter sans son espièglerie !
Elle a de la répartie sans tomber dans l’insolence, elle est coquine et a de la suite dans les idées ! Elle teste et cherche, analyse et reproduit !

Ce premier tome prend pour contexte l’école, cartable trop lourd, devoirs, élection d’un responsable de classe, notes…
C’est sur le blog de Nancy Guilbert, Rêve de Plume, que j’ai découvert la petite Lili Pirouli !
J’ai tout de suite eu envie de lire ses aventures, persuadée d’y retrouver ma fille. Et bien pas tant que cela ! Je m’y suis plus vue, quand j’étais petite et maintenant, en tant que maman !
Comme quoi les choses changent, plus dans la forme que dans le fond !
Le poids du cartable !
Ce que j’en ai entendu petite avec mon père ! Et voilà que j’en dis la même chose ! Qu’en sera-t-il l’an prochain avec le passage de ma fille en 6e ?
La manière de présenter une mauvaise note, les histoires d’amour, les questions à foison, et l’appartenance à une autre époque : tout y est, avec humour et clins d’œil !
Les illustrations participent grandement à cette vivacité et complètent à merveille le texte ! Des couleurs vitaminées qui donnent du pep’s, des expressions pleines de malice et rigolotes !
La dernière planche, en résonnance avec la couverture, m’a beaucoup amusée et nous promet un deuxième tome truculent !
Il est paru en novembre 2014 et s’intitule Demain, je serai présidente !
Une première approche idéale de la BD qui trouvera toute sa place dans la bibliothèque, la vôtre ou celle de vos enfants !
Belles lectures et découvertes !

* Sur le blog de Liyah pour Lili Pirouli Tome 2 :
http://www.leslecturesdeliyah.com/bande-dessinee-pour-enfants-lili-pirouli-guilbert-modere/

Lili Pirouli est une petite fille qui ne manque pas d’imagination et de bêtises. Elle est mignonne et espiègle à la fois. Avec elle, c’est sûre, on ne s’ennuie pas.
Dans cette bande dessinée pour enfants, vous retrouverez 8 petites histoires courtes de Lili Pirouli. Chacune fait deux pages et demi.
J’aime beaucoup ce petit format qui initie les enfants en douceur à la bande dessinée. Il n’y a pas énormément de texte, mais tout de même suffisamment pour en faire des petits gags compréhensibles et drôles.

Le personnage de Lili Pirouli est attachant car elle est amusante et surtout elle ne se laisse pas faire. Elle a des idées plein la tête et à un caractère qu’elle sait affirmer. Parfois on peut la trouver agaçante, mais finalement, elle ressemble à tous les enfants avec leurs bons moments et ceux qui nous chauffent un peu plus.
J’adore toujours autant les illustrations qui sont très jolies, très vives et très pétillantes. Elles sont vraiment à l’image du monde Lili Pirouli.

Je pense que cette petite série à tout pour plaire aux jeunes lecteurs, filles ou garçons d’ailleurs, qui verront en Lili Pirouli une petite copine drôle et pétillante et qui leur ressemble. 
Une bande dessinée pour enfants parfaite pour les premiers pas dans ce monde de bulles. 
Pour Le petit Gardien des Etoiles,
- sur le blog "Plumosaure" (28 mars 2014)
 http://plumosaure.hautetfort.com/archive/2014/03/28/premiers...


Plumosaure's Avis :

Quand le Petit Gardien des étoiles s'aperçoit qu'une de ses étoiles a disparu, aussitôt il se lance à sa recherche. A travers les rochers, au-dessus des nuages et même sur la Voie Lactée ! Le Petit Gardien regarde attentivement chaque bout du ciel, espérant y trouver sa petite étoile. Et puis, fatigué, il se repose sur une planète. Et quand il reprend sa route, oui, là-bas, ce petit point lumineux dans l'obscurité ! C'est son étoile ! Mais quelqu'un d'autre en a besoin de cette étoile... Le Petit Gardien arrivera-t-il a la récupérer ? Et qui a tant besoin d'une étoile dans la nuit ?

Un très bel album sur la nuit, la peur qu'elle provoque et la difficulté à trouver le sommeil. Le texte est simple et facile d'accès, et les illustrations de ce petit livre sont toutes mignonnes... Et en plus elles brillent dans le noir ! Ce livre, en plus de traiter du dodo-avec-un-petit-point-de-lumière, serait-il une petite veilleuse rassurante ? :)

Un livre à lire, aux plus petits, surtout ! Et à lire, par les plus grands aussi !
Pour Aliénor :

- Sur www.lamareauxmots.com


 
- Sur www.lepetitmondedeleditionjeunesse.com
- Sur www.fnac.com
- Sur www.beurkdeslivres.fr (le 6/09/12)
Un livre sympathique sur une princesse pas farouche et un peu rebelle, c'est une princesse-chevalier qui a bien du mal à changer les préjugés de son époque (d'une autre côté, être une fille au Moyen-âge, c'était pas de la tarte et encore elle s'en sort bien, c'est une princesse!)Bref, je me disperse.
Voici l'histoire du roi Gauvin et de la reine Yselda à qui on a volé leur trésor. Les preux chevaliers de sa majesté partent donc dans la sombre forêt à la rencontre des brigands afin de récupérer les biens de leur roi. Aliénor veut faire partie de l'expédition mais ses frères chevaliers ne l'entendent pas de cette oreille. Le jeune fille part donc seule mais elle est pleine de ressources. Alors arrivera t-elle à récupérer le trésor?

- Chez Livres et Merveilles au pays de Ly Lan


Pour Aliénor et le château assiégé:
Chez Laël, Sous le feuillage
souslefeuillage.blogspot.com/2014/07/alienor-et-le-chateau-assiege.html

J'ai adoré le texte espiègle, amusant et fluide de Nancy Guilbert et ce petit clin d'oeil qu'Aliénor fait à ses futures petites filles, dans cent cinquante ans, dans l'espoir d'avoir plus de chances. Car notre histoire se passe en plein Moyen-Age, à l'époque des cavaliers, chevaliers et des châteaux assiégés et les esprits sont quelques peu étriqués surtout concernant le comportement si déroutant d'Aliénor. Heureusement elle a plus d'un tour dans son sac, même si elle semble avoir perdu son épée! Cela ne l'empêche pas d'être maligne, futée et astucieuse! A t-on vraiment besoin d'un coup d'épée pour faire décamper une armée?? L'intrigue d'Aliénor et le château assiégé est divertissante, drôle et pleine d'aventures. On aime les détails qui se glissent dans l'histoire, notamment le petit compagnon félin Mascotte, le dragon. Aliénor est une héroïne comme on les aime. Sous la plume de Nancy Guilbert elle est gentille, intelligente, pertinente avec ce brin de malice, ce soupçon d'effronterie. Les illustrations sont tout en jolies rondeurs avec des couleurs claires presque pastelles, un côté enfantin adorable. Le trait enjoué et rondouillard rend cette histoire pour petits absolument mignonne. Une bonne surprise! en plus je me réjouis d'avance car il y a d'autres tomes à découvrir!



* Sur le blog de Lizouzou : http://lespetitslivresdelizouzou.hautetfort.com/archive/2014/07/25/alienor-la-princesse-qui-voulait-devenir-chevalier-alienor-5416815.html
Aliénor est incontestablement un personnage que l'on prend tout de suite en affection ! C'est une jeune fille déterminée, forte et qui n'a peur de rien. J'aime son côté rusé et la manière dont elle arrive à se sortir de terribles situations. Elle a ce petit côté garçon manqué que j'avais quand j'étais petite et je suis sûre qu'en enchantera pas mal d'enfants (filles et garçons bien sûr !).
Cet album met bien en avant certains stéréotypes comme le fait que les filles ne jouent qu'à la poupée ou encore qu'une femme ne doit pas exercer des métiers à tendance masculine. C'est super de créer des albums qui avertissent dès le plus jeune âge du sexisme qui règne encore dans notre société. J'ai encore espoir que ce genre de livre puisse changer certaines mentalités !
Je suis d'autant plus contente car j'ai eu la chance de recevoir ces deux livres avec deux magnifiques dédicaces de Nancy Guilbert que je remercie énormément !
Concernant les illustrations d'Elodie Fraysse, c'est un pur bonheur à découvrir ! Les couleurs pastels sont superbes et j'ai adoré les plans d'expéditions d'Aliénor.
Bref, une merveille ! Alors si vous aussi vous avez hâte de faire la connaissance de la futée princesse-chevalier Aliénor, n'hésitez pas, elle vaut le détour ! ;)

* Sur le blog de Mya's book :
mya.books.over-blog.com/
Troisième tome des aventures d'Aliénor, ce livre est une petite merveille ! Quelle bonne idée que cette série qui balaie sur son passage tous les préjugés. Pourquoi une petite fille voire une princesse, ne pourrait-elle pas devenir chevalier ? Aliénor est bien décidée à prouver à tout le monde qu'elle peut y arriver ! Et qu'importe qu'elle ait une épée ou non et qu'elle s'y prenne comme les autres chevaliers ou pas, la fillette a plus d'un tour dans son sac pour mettre son plan à exécution et délivrer la famille du Roi Gauvin. Elle est maligne, rusée, audacieuse et malicieuse. On s'attache tout de suite à cette princesse espiègle qui refuse de rentrer dans le moule et de faire ce que l'on attend d'elle sans broncher. On admire son audace et son courage car elle n'a vraiment pas froid aux yeux !
 J'ai beaucoup aimé cette histoire originale et très amusante. Le texte est plein d'humour et les illustrations pleines de rondeurs collent parfaitement au côté espiègle de la petite Aliénor. On la suite avec plaisir dans cette aventure et on a hâte de voir comment elle va s'en sortir. Et puis, il y a ses petits compagnons à quatre pattes qui sont adorables, tout comme ce gros dragon rouge nommé Crême brulée qui n'est jamais bien loin (ça, c'est vraiment bien trouvé !)  
J'aime ces livres qui bousculent un peu les codes et qui prônent la liberté. Pourquoi certaines choses devraient être réservées aux filles et d'autres aux garçons ? C'est ridicule ! Même si l'histoire se déroule au Moyen-Age, Aliénor est une héroïne résolument moderne qui rêve de devenir chevalier mais qui a également tout d'une princesse et elle refuse d'abandonner tout cela : elle aime les robes, les bijoux et... la pâtisserie ! Ca aussi, c'est une bonne surprise. J'adore les histoires gourmandes et il y a dans cette histoire des chevaliers, un château assiégé, un dragon et... de délicieux gâteaux ! Aliénor n'a pas froid aux yeux. C'est une héroïne authentique et attachante qui devrait charmer les petits et les grands, les filles et les garçons. Il y a deux autres titres déjà parus et un autre devrait sortir prochainement. Il me tarde de les découvrir.  
       
En quelques mots :
Je découvre, avec plaisir, Aliénor qui est une héroïne unique, authentique et attachante. C'est une petite fille espiègle et malicieuse qui refuse de se fondre dans le moule et qui, avec ruse et courage, est bien déterminée à réaliser son rêve en devenant chevalier. Mon p'tit loup et moi, on a adoré !


* Sur le blog de Faëlys des  Petites Madeleines :http://www.petitesmadeleines.fr/archive/2014/08/04/alienor-et-le-chateau-assiege-nancy-guilbert-et-elodie-frays-5422671.html
C'est déjà sa troisième aventure, à cette rousse dégourdie et si sympathique. Pas nunuche pour un sou, Aliénor est une princesse dont ses arrières-arrières petites-filles seraient fières: audacieuse, courageuse et intelligente, elle se débrouille bien mieux que les garçons du château! Elle est également très bonne pâtissière, et ses aventures se terminent dans la gourmandise! J'aime à croire que ce modèle pourrait inspirer les petites filles d'aujourd'hui bien plus intelligemment que certaines héroïnes jeunesse effacées, maniérées et maquillées.
Bravo pour cette histoire fine et pétillante, dont l'héroïne est irrésistible. Le texte et les illustrations sont agrémentés de clins d’œil bien trouvés. Les compagnons d'Aliénor l'entourent d'une tendre et remuante amitié, et j'espère pour de nombreux tomes encore!
 En savoir plus sur l'auteur sur la page des éditions Ptits Totems, et le blog de Nancy Guilbert. J'ai eu le plaisir de la croiser lors de salons, ayant la chance de partager la même région qu'elle! ;) Il me faut absolument découvrir une autre de ses séries: Lili Pirouli, puisque cette auteur a le don d'inventer des héroïnes attachantes et dynamiques!

* Sur le blog de Liyah :
http://www.leslecturesdeliyah.com/alienor-et-le-chateau-assiege-nancy-guilbert-et-elodie-fraysse/
Mon avis : J’ai découvert Nancy Guilbert avec son magnifique album Sous la pluie. Je la retrouve aujourd’hui avec une aventure d’Aliénor, cette petite princesse chevalier. Ce tome est le troisième de la série, et bien que je n’ai pas eu encore l’occasion de lire les deux premiers tomes, mais je peux vous dire que vous pouvez lire ces tomes indépendamment les uns des autres, sans problème !
Aliénor est une petite fille bien particulière. Elle n’est pas une princesse comme toutes les autres, puisque c’est une princesse-chevalier. Dans cette aventure, Aliénor va devoir voler au secours de la famille royale qui se voit assiégée par les troupes du roi ennemi.
J’ai tout simplement adoré cette histoire, et mes garçons également !
Tout d’abord, je dois vous parler du personnage d’Aliénor. C’est une petite héroïne comme on les aime et comme on aimerait en voir plus souvent. J’ai adoré son côté princesse-chevalier. C’est belle et bien une petite fille mignonne à croquer, mais elle est forte et courageuse. Elle n’hésites pas à braver le danger. Elle est digne et loyale et très maline. Ce sont des valeurs très fortes et très  belles. Elle est loin d’être la petite princesse superficielle, comme on peut en voir parfois dans certaines histoires. J’aime beaucoup cette autre image de la petite fille. Et oui, une petite fille peut être mignonne, futée et courageuse.
Le texte en lui-même est bien écrit. C’est un plaisir à lire et à partager avec les enfants. L’histoire est un peu longue tout de même, et je pense que les enfants dès 4 ans pourront y être sensible.
Les illustrations sont tout simplement magnifiques ! C’est un style doux et fin, de par le trait mais aussi les couleurs empruntées par l’illustratrice. L’ambiance y est chaleureuse et douce. Cela tranche avec le côté plus garçon du thème de chevalier. Je trouve que tout cela reflète parfaitement Aliénor, un côté doux et fort à la fois.
Un très bel album, et une excellente collection, que j’espère découvrir davantage.
Je ne peux que vous la recommander aussi bien pour les filles que les garçons.

Nous retrouvons avec plaisir les aventures de cette adorable petite princesse !
Au mois de juillet nous faisions connaissance avec "Aliénor, la princesse qui voulait devenir chevalier", le premier tome d’une série d’albums qui en comptera quatre. Cette malicieuse princesse du Moyen-Âge, née de la plume de Nancy Guilbert et du crayon d’Elodie Fraysse, avait beaucoup intrigué ma fille. Et oui, une princesse qui voulait devenir chevalier lui paraissait vraiment singulière ! Mais ça c’était avant ;-) Avant que nous ne passions une semaine en Dordogne, dans le Périgord noir plus précisément, à visiter des châteaux médiévaux (et des grottes préhistoriques accessoirement !).
Entre Castelnaud, Beynac ou encore Les Milandes, nous avons pu voir de vrais châteaux avec donjons, créneaux, douves ainsi que des collections d’armes et d’armures. Autant vous dire que ma fille a compris que les princesses n’avaient pas la vie rêvée qu’elle s’était imaginée !
La lecture de ce tome 3 "Aliénor et le château assiégé" fut donc très différente après notre retour. Le mot assiégé ne lui était plus inconnu et l’idée qu’une fille ait envie de défendre un château ne lui paraissait plus si incongrue !
Encore une fois, Nancy Guilbert nous propose une histoire bien écrite et truffée (oui je reviens du Périgord ;-)) d’humour et de jolis clins d’œil. Ainsi fait-elle allusion à sa descendance, en espérant que ses arrières-petites-filles aient plus de chance qu’elle dans leur vie de femme. Et pourtant, nombre d’entre nous devraient prendre modèle sur cette adorable petite rouquine dont la malice, l’intelligence, la bravoure et l’obstination à accomplir son rêve sont tout à fait remarquables.
Les illustrations d’Elodie Fraysse, toujours aussi réussies, sont pleines de douceur et de tendresse. Aliénor est craquante et son espièglerie, qui se lit sur son visage, la rend encore plus attachante !
Cet album a tout pour séduire les petits lecteurs intrépides et gourmands aussi, car je ne vous ai pas dit qu’en plus d’être un excellent chevalier, Aliénor est une très bonne pâtissière. L’un n’empêche pas l’autre ;-).
C’est tout ce qui fait le charme de cette jolie princesse qui veut être l’égale de ses camarades masculins sans pour autant laisser de côté ses passions personnelles et sa coquetterie. Pari réussi !

Retrouvez les avis de Faelys, Liyah, Mya's books ou encore Lizouzou.


* Sur le blog de Mya's book :
mya.books.over-blog.com/article-alienor-la-princesse-qui-voulait-devenir-chevalier.html
Il y a quelque temps, je vous ai parlé d'Aliénor, une petite princesse très attachante qui m'avait totalement charmée. Vous vous en souvenez ? J'ai poursuivi ma découverte et je suis totalement conquise ! Elle est vraiment irrésistible et inoubliable, cette petite fille ! C'est bien simple, tout me plait : le texte qui est plein de malice, d'humour et de douceur et les illustrations qui sont délicates et charmantes. Et puis, bien sûr, le message qui ressort des aventures d'Aliénor me parle et me touche.

J'en ai déjà parlé plus d'une fois, mais ça me met hors de moi qu'aujourd'hui, on considère encore qu'il y a les choses de filles d'un côté et les choses de garçons de l'autre. Pourquoi s'enfermer dans une case, se mettre des barrières et ne pas laisser nos enfants devenir eux-mêmes et être libres d'aimer telle ou telle chose ? En cela, Aliénor est vraiment un exemple. Elle refuse d'être une princesse gentille et sage qui passe ses journées à s'ennuyer au château pendant que ses quatre frères partent à l'aventure. Non, Aliénor veut être de la partie ! Qu'importe qu'on se moque d'elle, qu'on lui dise qu'elle n'en est pas capable ou que ce n'est pas la place d'une fillette. Elle est déterminée, intelligente, malicieuse et dégourdie et saura leur prouver qu'ils ont tort !  

 J'aime l'audace d'Aliénor, sa vivacité, son énergie. Elle est pétillante, rigolote et tellement attachante ! On sent qu'elle est curieuse, qu'elle a envie de tout voir et de tout comprendre et de croquer la vie à pleine dents. Même son regard est plein de malice ! J'ai trouvé ce premier tome vraiment très réussi et mon p'tit loup a adoré aussi. Plutôt que de foncer tête baissée, Aliénor réfléchit, fait un plan que l'on découvre en images et nous épate. J'ai adoré la suivre dans cette aventure et je suis déjà impatiente de lire la suivante. Cette série a vraiment tout pour plaire... Des chevaliers, une princesse-chevalier malicieuse et pétillante, un petit chat adorable, un dragon, de la gourmandise, de l'humour, de l'aventure et beaucoup de pep's. J'ADORE !  

 
* Pour Aliénor et le château assiégé :
 Sur le blog à Histoires de Anne :
blogahistoires.over-blog.com/2014/11/alienor-et-le-chateau-assiege.html

Ça existe, comme genre, un album d'aventure ? Parce que c'est exactement comme ça que j'aurais envie de décrire Aliénor et le château assiégé. Sachant que ma grande m'a expliqué un jour ses goûts littéraires : "moi, j'aime bien quand c'est aventure, et là, c'est pas trop aventure, tu vois..." Donc, cet album de Nancy Guilbert est aventure, et c'est confirmé par ma miss qui l'a adoré !
Et moi ? J'ai eu l'impression de me replonger dans les dessins animés de mon enfance. Vous savez, quand vous êtes sûrs que le héros va gagner parce qu'il est plus malin que tous les méchants, mais que vous avez une petite pointe d'émotion quand même, parce qu'on sait jamais... Un album juste à hauteur d'enfant.
Et puis, je devrais peut-être dire et surtout, dans un monde où les filles sont trop souvent assignées à aimer les princesses et le rose pendant que les garçons sont de courageux chevaliers, ça fait du bien, une princesse qui veut devenir chevalier et qui se joue des méchants. Parce que les préjugés sont encore là, je trouve, trop souvent, où on vous fait sentir qu'en tant que femme, c'est difficile que vous soyez compétente dans un "métier d'homme", comme par exemple l'informatique (c'est du vécu, je vous assure, et pourtant vous n'allez pas dire qu'il faut une musculature virile pour coder des programmes informatiques !). Là, ce n'est pas militant non plus, c'est juste l'histoire d'une fille qui veut devenir chevalier, avec sa petite frimousse de fille et son chat tout mignon - parce qu'on peut être princesse et chevalier. Et ma miss l'a bien compris : à une époque, elle voulait devenir Zorro. ;)
Allez, je vais dire un défaut tout de même... c'est la troisième aventure d'Aliénor, et ça fait regretter de ne pas avoir lu les deux premières. ;)
Bref, un chouette cadeau pour les aventurières en herbe... et pour les aventuriers, aussi, pourquoi le réserver aux filles ?

* Blandine avait fait une belle chronique d'Aliénor, la Princesse qui voulait devenir Chevalier dans un article très complet à l'occasion de la journée des droits de la femme, que vous pouvez lire dans son intégralité  ici : http://vivrelivre19.over-blog.com/2015/03/alienor-lulu-et-zazie-trois-filles-qui-en-veulent-albums-et-romans-des-4-et-6-ans.html

Pour la Journée Internationale du Droit des Femmes, le 8 mars, j'ai écrit un
troplong article sur l'historique de cette journée, présentant l'essai paru il y a déjà neuf ans intitulé Le Livre Noir de la Condition des femmes, dirigé par Christine Ockrent, et le magazine féminin Causette.
J'ai préféré le scinder en deux parties, pour vous parler ici plus "jeunesse" au-travers de deux albums et trois premiers romans dès 6 ans.
Trois filles au caractère bien trempé et qui en veulent: Aliénor, Lulu et Zazie!
(...) Pas facile d'être la seule fille quand on a quatre frères et des envies d’aventures! Pourquoi Aliénor devrait-elle rester au château à s’ennuyer ou à jouer à la poupée comme le lui intiment ses frères alors qu’eux-mêmes s’apprêtent à partir en mission de sauvetage ?Entêtée et débrouillarde, notre petite rouquine, à force de jugeote, de malice et d’audace, s’en va prouver sa valeur !
On la suit dans sa réflexion, aller sur les chemins, tromper des gardes, affronter un dragon en le prenant par les sentiments et raccompagner le Prince sauvé !
J’ai beaucoup aimé cette première aventure de cette princesse intrépide qui, en robe et chaussettes, et toujours sa couronne sur sa tête, s’en va bousculer les préjugés avec beaucoup de pep’s !
J’aime beaucoup l’univers du Moyen-âge, les chevaliers, les châteaux-forts, les princesses. C’est un thème souvent utilisé en littérature jeunesse, largement masculin, mais qui est ici très bien exploité pour renverser préjugés et idées reçues !
Les illustrations d’Elodie Fraysse sont à la fois douces (couleurs pastel, compagnons d’Aliénor), rigolotes, emplies de détails et de clins d’œil. J'adore la carte!
Depuis ce premier volet, Aliénor a fait du chemin puisque deux autres albums ont vu le jour et deux autres sont prévus.

Pour Célestin :

- Sur www.ricochet.com
- Sur www.paperblog.com
- Sur www.leschroniquesdemadoka.over-blog.com
- Sur le site Materalbums (thème séparation-déménagement)
- Sur le site Materalbums (thème musique) pour "Célestin organise le concert de l'océan"
- Sur www.lire-et-merveille.fr pour "Célestin fête Noël".
- Sur "La cachette aux histoires" http://lacachetteauxhistoires.over-blog.fr/article-mes-coups...
- Dans la revue Crokalire de l'association Contalyre, n°1-mars 2014
http://contalyre.be/wp-content/uploads/Crock-01-2014.pdf



Un petit album tout bien pour les plus jeunes, ça vous dit ?
Célestin vient de déménager "à l'autre bout de l'océan", loin de ses amis. Il s'ennuie et aimerait bien trouver quelqu'un pour jouer avec lui. Malheureusement, les poissons qu'il rencontre semblent tous bien trop occupés... enfin, peut-être pas tous ? Finalement, c'est l'attitude de Célestin vis à vis des autres qui va tout changer.
Mon petit bonhomme de 4 ans a tout de suite accroché à l'histoire de ce petit poisson. Il faut dire que les illustrations de Laure Phelipon, colorées, gaies, en relief, sont un vrai bonheur pour les yeux. Le rythme de l'histoire est parfait pour les petits (et plus grands) : Célestin va de rencontre en rencontre avec des poissons très rigolos (mes préférés sont ceux qui s'entraînent pour un combat intergalactique !). Cerise sur le gâteau, le texte de Nancy Guilbert est très agréable à lire à voix haute.
Mais c'est peut-être la conclusion qui m'a le plus plu et qui rend cette histoire moins classique qu'il n'y paraît : c'est en mettant en avant les talents des uns et des autres que Célestin va se faire de nouveaux amis. Mine de rien, c'est une jolie idée...
Voici donc un album parfait pour partir à la mer sans y être et qu'on relira souvent avec mon petit loulou - et aussi sa grande sœur de 6 ans 1/2 !
PS : mon loulou me signale à l'instant que cet album est son livre préféré. Dont acte. ;)


-
http://mya.books.over-blog.com/article-celestin-fete-noel-124941020-comments.
Le Challenge Christmas Time a débuté il y a quelques jours, et pour ce premier RDV, j'ai décidé de vous parler de Célestin, un petit poisson joyeux et attachant. (...)
J'ai lu cette histoire, ce matin, avec ma petite puce de dix-huit mois et je crois que nous avons autant aimé l'une que l'autre. Emma a écouté l'histoire jusqu'au bout en faisant de grands sourires et a été très sensible aux illustrations qu'elle avait tout le temps envie de toucher et qu'elle essayait de gratter tant elle avait l'impression d'avoir tous les objets sous les yeux. C'était très amusant et surprenant ! J'ai trouvé Célestin vraiment trop mignon. Les personnages sont tous très attachants. Voilà une jolie façon de préparer Noël avec les plus petits. Tous les éléments de décoration et les mots en rapport avec Noël sont mis en valeur. Une belle idée ! (...)

Pour Petite Etoile :
- sur www.babelio.com

Critiques, analyses et avis (1)
Par Lizouzou, le 28 mars 2012
  • Petite étoile se sent différente des autres : plus petite, plus faible, moins brillante... du coup elle se sent seule et triste. Un jour, le maître arrive pour choisir une étoile afin d'accomplir une mission très spéciale. Il choisit bien sûr Petite étoile ! Celle ci est aidée par Siriana, la plus vieille et la plus sage des étoiles, dans la préparation de sa mission. Elle emporte quelques objets afin d'éviter certains éléments comme des nuées ardentes ou encore des météorites... jusqu'à enfin arriver à destination !
    Le but de la mission ? Je vous laisse le découvrir par vous même en lisant ce joli album !

    L'autre jour, je suis en librairie et je farfouille du côté du rayon régional pour le boulot et là je tombe sur ce joli album ! La couverture m'a toute de suite plu ! Les illustrations signées Lilly Seewald (dont je vous invite à découvrir son blog ici) sont magnifiques ! Côté texte, l'histoire est vraiment sympa et je ne m'attendais pas à cette fin là ! ;)
    Un bel album idéal pour offrir en cadeau à une certaine période de l'année (bon là je vous aide grave sur la fin hein ...^^)


    Lien : http://lespetitslivresdelizouzou.hautetfort.com


Pour A la rencontre des Mamans :

- Passage à l'émission des Maternelle du 16 avril 2014: 
"Les petits adorent ce genre d'album"
(autour de la 47ème minute) :
http://www.france5.fr/emissions/les-maternelles/diffusions/16-04-2014_230189
- Sur www.lamareauxmots.com
- Sur www.lepetitjournal.com

- Sur www.beurkdeslivres.fr (le 3/12/12)

- Dans le magazine BUBBLE printemps 2014 :



















Lecture CP (fiches lecture + fiches exos) : A la rencontre des mamans

CP Français Petit coup de foudre lors du Salon du livre de Colmar 2013 et je m’étais promis une petite exploitation sur cet album ! Il est grand temps de s’y mettre, la fête des mères étant dans un mois ^_^

La couverture a attiré mes yeux comme un aimant, les illustrations sont d’une tendresse ! Et le texte est poétique à souhait ! Je ne peux que le conseiller en prévision de la fête des mères, que ce soit en lecture offerte en maternelle, en exploitation en CP, en lecture libre pour les plus grands,…
N’oubliez pas de faire un petit tour sur Rêve de plume, le blog de Nancy Guilbert, l’auteure !
Pour l’illustratrice, Lilly Seewald,
c’est par ici !!

iticus_alrm_lectures
http://iticus.free.fr/wp-content/plugins/downloads-manager/img/icons/pdf.gif CP Fiches A la rencontre des mamans (3.93MB)
Téléchargement(s) : 55
Description : 9 fiches de travail niveau CP sur l'album "A la rencontre des mamans"

iticus_alrm_fiches


http://iticus.free.fr/wp-content/plugins/downloads-manager/img/icons/pdf.gif CP Poésie A la rencontre des mamans (285.36KB)
Téléchargement(s) : 32
Description : Poésie de Nancy Guilbert, extraite de son album "A la rencontre des mamans".




A la rencontre des Mamans ...


A la rencontre des Mamans...
Nancy Guilbert
Lilly Seewald
éd Les P'tits Totems


Aujourd'hui, c'est un très beau livre, découvert dans un salon du livre, jolie rencontre avec son auteure, que je vais vous faire découvrir. Et dont je vous ferai très prochainement découvrir un autre très beau titre.

Résumé : Une petite fille pose un regard attendri sur les mamans qu'elle a croisées sur son chemin.De la maman-chouette qui ne dort plus la nuit, à la maman-pieuvre qui a bien besoin de ses huit bras, chaque maman va se reconnaître dans ces portraits remplis de poésie. Un joli cadeau à offrir à celles qui donnent chaque jour tout leur amour !

Ce livre est parfait pour le mois de mai et la fête des mères. Je vous en proposerai très prochainement une exploitation en expression écrite sur
Le petit cartable de Sanléane, et qui donnera lieu à notre cadeau de fête des mères. N'hésitez, pas dors et déjà, à le réserver en médiathèque, le chercher chez votre libraire, ou le commander.


, Le petit cartable de Sanleane -  :

A la rencontre des Mamans ...
Travail sur la couverture


* Un gros coup de cœur pour Laël de Sous le Feuillage :

 ♥ ♥ ♥ souslefeuillage.blogspot.com/2014/07/a-la-rencontre-des-mamans.html



De biens jolis portraits où les mamans sont représentées sous forme d'animaux avec lesquels nous partageons bien des qualités. Rempli de poésie et de fraîcheur, A la rencontre des mamans est un album qui a su me toucher en plein coeur...il m'a ému et m'a rempli de joie, d'espoir, d'envie, peut-être parce qu'à mon tour je vais devenir maman et que le texte de Nancy Guilbert a eu beaucoup d'écho en moi. Un album-inventaire aux illustrations sympathiques, modernes et aux teintes rosées, avec des bulles humoristiques qui apportent le côté drôle et doux de ces caractéristiques humaines. A la fin, un petit texte "ode" à LA maman avec un encadré pour coller sa photo. Un album craquant et amusant qui sait créer l'émotion, à offrir sans modération!

* Sur le blog de Lylou de Livres et Merveilles :
http://www.livres-et-merveilles.fr/2015/06/a-la-rencontre-des-mamans-nancy-guilbert-lilly-seewad-les-ptits-totems-editions.html?showComment=1433323553674


Voici un magnifique album dont j’aurais aimé vous parler avant la fête des mères. Mais je n’ai pas eu le temps. Ce n’est pas grave car, avec les enfants, c’est un peu tous les jours notre fête ;-) 
Ce livre est aussi bien fait pour les petits que pour leur maman... un joli cadeau à leur offrir !
Les mamans y sont à l’honneur d’une manière tout à fait esthétique et poétique. Le duo, composé de Nancy Guilbert, pour le texte, et Lilly Seewald, pour les illustrations, nous a concocté une petite pépite pleine de tendresse, publiée par Les P’tits Totems éditions. J’ai eu un gros coup de cœur pour cet album qui rend un bel hommage à celles qui s’occupent avec amour et attention de leur progéniture !    



Le texte est composé de petits poèmes en rimes tout à fait adorables et facilement mémorisables. Ma fille n’a eu de cesse de repérer et répéter les rimes. C’est vraiment quelque chose qui plaît aux enfants, d’autant qu’ils apprennent à les reconnaître en maternelle. Et dans cet album là, c’est particulièrement bien fait car il  n’y a jamais aucune répétition. Le vocabulaire est donc particulièrement travaillé. Marmousets, rejetons, pitchounets, chérubins, autant de synonymes que l’on prend plaisir à lire et à expliquer ;-)


Les illustrations sont très belles et, en même temps, teintées d’humour. Les attitudes des mamans et des enfants sont en parfaite correspondance avec le texte. Les couleurs vives, mais douces à la fois, égayent l’ouvrage. C’est magique !
Ce très bel ouvrage nous délivre avec tendresse les différentes facettes des mamans qui, au final, peuvent très bien n’en former qu’une, la plus belle et la plus aimante, la plus merveilleuse... celle du petit lecteur ♥. 


Pour Le voyage merveilleux d'Adèle :

- Au J.T de France 3 Limousin du samedi 3 décembre 2012

- Sur www.materalbum.free.fr/licorne/fichiers.htm
- Sur France 3 Limousin
- Dans le catalogue Sélection Noël 2012  du Furet du Nord


- Sur www.20minutes.fr/livres
- Sur www.librairiepantoute.com/livre
- Coup de coeur FNAC de Paris-Forum des Halles

- Coup de cœur sur le blog Sous le feuillage
http://souslefeuillage.blogspot.com/2013/12/le-voyage-mervei...
Avec Nancy Guilbert au texte, Samuel Mandonnaud à la lumière, photographie et origami et Laure Phelipon aux illustrations, Le Voyage merveilleux d'Adèle est une invitation à découvrir les cultures à travers le monde. Folklore, imaginaire, religions, créatures fantastiques, c'est l'objet de cette exploration dans des contrées lointaines et exotiques : Brocéliande, le Danemark, la Laponie, Amérique des amérindiens, Bolivie, Afrique, Tunisie, Inde, Australie, Népal. Tant de choses à découvrir, de souvenirs à rapporter, de rencontres à faire pour Adèle qui suit les traces de son casse-cou de frère!

Sous forme d'un carnet de bord avec des correspondances, des impressions, des photos, des croquis, des commentaires, le voyage est magique, sublime, incroyable au coeur des mythes et des légendes. C'est une formidable et réjouissante surprise pour cet album qui ravit les yeux : éclat, enthousiasme, couleurs chatoyantes, illustrations pleines d'entrain, de tendresse et de luminosité. J'adore! Cet album est un petit bijou, une pépite à déguster, à dévorer tellement le regard porté sur cet univers est original et inventif. Mêlant aventure, découverte, suspense, imaginaire et amitié, Le Voyage merveilleux d'Adèle nous conduit à la rencontre de petits êtres exceptionnels : les fées, les elfes, les djinns ; sans oublier le côté terrifiant et impressionnant du monstre du Loch Ness, du Yéti. A l'intérieur, un planisphère géant à déplier pour suivre le parcours d'Adèle permet aux enfants de s'initier à la géographie et d'associer le folklore au pays visité.

Ce qui m'a conquise dans cet album ce sont les magnifiques dessins utilisant la technique du photo-reportage : maquette, fabrication d'origami et illustration traditionnelle, mise en couleur, jeux de lumière. C'est vraiment très réussi. Avec cet album, les enfants s'amuseront et seront ravis de découvrir les légendes (le Père Noël, les sirènes, les dragons...). Rêverie, créativité, curiosité... un album comme je les aime!

Un immense merci à Tournez la page.

 


- sur le blog Livres et Merveilles au pays de Ly Lan
http://www.livres-et-merveilles.fr/2014/04/album-jeunesse-livre-enfants-voyage-merveilleux-adele-guilbert-phelipon-mandonnaud.html




 C’est en parcourant son blog que j’ai eu un coup de cœur pour "Le Voyage merveilleux d’Adèle". L’idée de ce carnet de voyage relatant les rencontres d’une petite fille avec les créatures merveilleuses qui ont nourri l’imaginaire de mon enfance m’a complètement séduite.

Adèle est une fillette de 9 ans, curieuse et intrépide. Elle vit avec son grand-père anthropologue et son petit frère Gaspard. Le jour où Adèle s’aperçoit que ce dernier s’est aventuré seul dans un long périple à la rencontre de toutes les créatures fantastiques dont lui a parlé son Papichou, elle décide de partir à sa recherche. Elle va donc suivre ses traces et nous emmener dans un fabuleux voyage autour du monde. Chaque étape est l’occasion pour elle de se faire de nouveaux amis, de s’initier à leurs coutumes et d’apercevoir (ou pas) des êtres mythiques. Qu’est-ce qu’on aimerait être à sa place !

De la forêt de Brocéliande, peuplée de fées, jusqu’au bush australien et son serpent Arc-en-ciel, Adèle va croiser des personnages extraordinaires très connus comme les elfes, les sirènes ou bien le Yéti, mais aussi d’autres qui le sont un peu moins, comme la Pachamama, le singe Hanouman ou encore l’Oiseau-Tonnerre. L’occasion pour les enfants, mais aussi les parents, d’enrichir leur culture et leur imaginaire. 

Chaque double page est une nouvelle avancée dans son périple. L’histoire est habilement contée par le biais de correspondances envoyées par Adèle à son grand-père. Et chaque arrêt lui donne des indices et la rapproche un peu plus de Gaspard.



Construit à la manière d’un carnet de voyage, une pleine page est dédiée à la photographie principale tandis que l’autre présente la lettre d’Adèle, une petite note explicative sur la créature et sa légende, ainsi que tout un tas de souvenirs collectés, de croquis et d’images collées.
Justement, Parlons-en des illustrations, car elles sont ici d’une richesse étonnante ! Tout droit sorties de l’imagination débordante du couple d’illustrateurs Laure Phelipon et Samuel Mandonnaud, elles mélangent plusieurs techniques avec brio. A chaque région visitée correspond son propre origami emblématique. Celui-ci est mis en scène dans une composition faite, entre autres, de matériaux de récupération (fils de fer, coton, paillettes, perles, scotch...). Les personnages dessinés par Laure Phelipon sont ensuite incrustés dans l’image numérique. Des associations tout à fait étonnantes qui font que l’on peut passer de longs moments à explorer visuellement ces photos pour bien comprendre tous les éléments qui les composent. (Et qui parfois donnent même envie de les refaire chez soi.)

C’est incontestablement un ouvrage très original et surtout très travaillé. Publié par les éditions Tournez la page, que je remercie pour cet envoi, ce livre est également riche dans sa conception. Sa couverture cartonnée, travaillée avec du vernis sélectif, son papier épais et brillant et, enfin, sa fermeture ruban, ne font qu’ajouter à son côté exceptionnel.
Il s’agit du second album jeunesse que je lis de cette petite maison d’édition clermontoise (Rappelez-vous - ou découvrez -
"Parfums du monde" de Christos Ortiz et Sandrine Gambart, avec cet immeuble qui se déplie d’étage en étage) et, bien que très différents tous les deux, je les trouve d’une grande qualité tant sur l’histoire et les illustrations que sur la conception atypique du livre.

J’aime énormément ce principe du carnet de voyage qui mêle judicieusement et esthétiquement tous les éléments nécessaires à la compréhension de l’histoire, le tout adapté pour les enfants. Des histoires de créatures merveilleuses et un graphisme enchanteur, voilà qui ne peut que leur donner envie de découvrir le monde, ses cultures, ses croyances et ses mythes !
- L'avis du groupe de travail "le livre et l'écoute"
Lecteur : Guylaine BERNARD                  Professeur des écoles CE1
                 et ses élèves
                 Ecole Primaire Alphonse Daudet
                 Rueil-Malmaison

Notice :

Gaspard est parti à la découverte des créatures merveilleuses dont lui parle
son grand-père.

Adèle, sa soeur veut le retrouver et part sur ses traces.
Elle va parcourir le monde, découvrir les légendes et les merveilles de tous les pays traversés.

Cet album est magnifiquement illustré, à la manière du scrapbooking.
Des textes, des pliages, des photographies, des dessins, tout y est pour nous faire rêver.

C'est une très belle entrée en matière pour donner envie aux enfants de découvrir la Terre.

Avis : Indispensable.

Nota Bene : vous pouvez mettre sur votre site internet : notre analyse.

Dans l'attente de découvrir et faire découvrir d'autres nouveautés ( services de presse 2014 ), avec nos remerciements.

Cordialement

Lionel BERTAUT
Responsable du groupe de travail sur le livre pour la jeunesse
" le livre et l'écoute " 
                                            

Pour La surprise de Petidou :

- Sur www.babelio.com/livres/Guilbert-La-surprise-de-Petidou/477427

    • Livres 5.00/5
    Par Edwige94, le 21 avril 2013

    Merci à Masse Critique de Babelio et à Geste éditions pour l'envoi de ce livre. Voici un petit bijou de la littérature pour enfant (3 – 7 ans). Petidou est chez Papi Edgar et Mamie Léontine, il déborde d'énergie et veut aider son grand-père au jardin. Papi est grincheux et fatigué, Mamie cuisine de bons gâteaux et va aider Petitdou à faire une belle surprise à Papi.
    Un très beau livre qui évoque les relations entre les enfants et leurs grands-parents par un exemple d'échange de bons sentiments et de tolérance enrobé de tendresse. de petits textes sous forme de dialogues justes et drôles permettent de tenir l'attention de l'enfant, une magnifique illustration colorée, détaillée et expressive suscite l'intérêt du lecteur et l'interaction avec son conteur. Un bon format pour que petites et grandes mains se retrouvent autour de la couverture cartonnée, ce livre devrait être suivi d'autres tomes et convient aux petites filles comme aux petits garçons. Je le conseille vivement aux grands-parents en cadeau à leurs proches afin de tisser les liens entre générations.

    • Livres 4.00/5
    Par darko, le 22 avril 2013

    Merci à Masse Critique de m'avoir offert ce livre.
    Un livre tout tendre sur les relations entre enfants et grand-parents.
    J'ai beaucoup souri pendant ma lecture. Les dessins tout en rondeur et chaleur ajoutent beaucoup au texte.
    Un livre à lire et à relire avec les enfants.
    A conseiller aux grand-parents.
    > lire la suite
    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique
    • Livres 5.00/5
    Par flowskipike, le 21 avril 2013

    Un format bien adapté à la lecture, des images splendides qui font vraiment dans le détail. Une histoire vraiment très chouette qui retranscrit très bien les rapports entre enfants et grands parents. Mon neveu de 7ans et ma nièce de 5ans ont vraiment adoré et se sont vraiment régaler de regarder les images.
 - sur www.lalibrairiedeshalles.com "Un graphisme doux et raffiné pour une histoire tendre".







Pour Le Souhait de Jade :
- Coup de coeur du libraire de la Librairie du Musée du Quai Branly

Pour Sous la Pluie :
- Chroniqué par Anne Loyer sur Enfantipages:

Sous la pluie…
Il pleut, il mouille, c'est la fête à Mademoiselle Rosalie. Il pleut, il mouille, c'est la déveine de Monsieur Gaston. Elle jubile, il bougonne. Elle en profite, il esquive. Mais lorsqu'il est invité pour se sécher chez Rosalie, Gaston finit par trouver de bien jolies qualités à cette eau qui dégouline...
C'est un texte, concocté par Nancy Guilbert  et qui chante comme une douce comptine au rythme de la pluie. Rimes et poésie se rencontrent autour de deux personnages promenant leur chiens... On pense aux 101 Dalmatiens et l'histoire, délicatement ouvragée par les doigts fins de Lilly Seewald, enchante yeux et oreilles. Un  album charmant, au petit air délicieusement rétro, qui donne aux gouttes le pouvoir de sonner comme des notes de musique ! A lire dès 4-5 ans.
Editions Les Ptits Bérêts. Collection Sur la pointe des pieds. 13,90 euros.


La Mare aux Mots par Gabriel Lundi 03 Juin 2013
Il y a des histoires d'amour qui commencent mouillées ...Rien ne prédestinait Gaston et Rosalie à se rencontrer, surtout pas sous la pluie ! Lui, il déteste ça, quand on est mouillé on peut tomber malade...Elle, la pluie, elle adore, ça lui donne envie de danser dessous.
Quand il a peur d'abîmer ses chaussures, elle danse dans les flaques. Pourtant, alors que l'une sourit et l'autre râle, ces deux-là vont tomber amoureux l'un de l'autre.
Belle histoire ici aussi, histoire d'amour entre deux opposés qui finalement trouveront un terrain d'entente.
C'est aussi un texte sur des regards différents sur une même chose, l'un positif, l'autre négatif.
Un texte très poétique, des illustrations un peu "rétro" font de Sous la Pluie" un album... plein de charme.

L'avis de Ricochet

On peut chanter sous la pluie, le cinéma en a fait un succès ! Singing in the rain… , voilà un thème connu : la pluie s’efface devant l’amour. Soit donc un couple d’humains Gaston, Rosalie et leurs homologues canins, Edgar et Huguette. Gaston est grognon, il déteste la pluie, les vêtements mouillés, les pieds trempés ; Rosalie est ravie sous la pluie, dans le vent, elle aime la couleur des parapluies qui tournoient. Les deux itinéraires sont parallèles jusqu’au moment où leurs chemins se croisent devant la porte de la maison de Rosalie.

Dans une ambiance années 1920, une ville bourgeoise, parcourue de vieilles voitures, les personnages sont comme découpés et dessinés sur un arrière-plan aux jolies teintes pastel. Gaston a de fines moustaches, Rosalie, un charmant chapeau cloche, les chiens ont la même finesse que leurs maîtres et le récit progresse avec fluidité. On s’amuse de la mauvaise humeur de Gaston et on se sent complice de Rosalie. Un joli récit, joliment mis en scène
.

Danielle Bertrand
Voir la chronique de Danielle Bertrand

- Sur www.critiqueslibres.com/blog

Sous la pluie de Nancy Guilbert, Lilly Seewald (Dessin)

Catégorie(s) : Enfants => 4-6 ans , Enfants => 7-9 ans critiqué par JulesRomans, le 23 juin 2013 (Nantes, Inscrit le 29 juillet 2012, 57 ans)
La note: 10 etoiles
Visites : 63 
Dansons sous la pluie !

Voilà un joli album qui nous raconte qu’avec la pluie et les nuages, on peut faire de jolies rencontres amoureuses. D’ailleurs les Chinois, une fois de plus, l’ont bien compris avant nous puisque cela fait des siècles qu’il parle du jeu de la pluie et des nuages.

Dans un style très "Années folles" un homme se morfond de devoir subir la pluie et une femme est toute émoustillée par les gouttes qui viennent du ciel. Bref une rencontre : un homme, une femme chabadabada, chabadabada…

Une première entrevue qui en appelle d’autres :

«Et rendez-vous la prochaine fois pour une danse de la pluie, ma foi !»

Voilà qu'on termine par "Dansons sous la pluie". Quel cinéma !

Cette fiction permet d'améliorer le vocabulaire autour du temps climatique et du temps du passé, avoir l'occasion de préciser beaucoup de vocabulaire, au-delà d'un récit frais et d'une illustration charmante, est son avantage. On pourra ajouter qu'il permet de discuter sur l'idée de respect des différences.




- Sur Paperblog : et sur www.souslefeuillage.blogspot.com


Une rencontre sous le parapluie, une demoiselle ravie, un homme épris... Sous la pluie est un album original et plein de poésie. La narration est inédite. L'histoire se présente sous forme de dialogues comme une pièce de théâtre. On fait connaissance avec deux personnages que tout oppose, qui promènent leurs chiens Edgar et Huguette : Gaston déteste la pluie alors que Rosalie l'adore. D'un registre contradictoire, l'auteure Nancy Guilbert en fait une mignonne histoire qui finit par réconcilier Gaston avec la pluie. Le tout en rimes, avec des mots fluides et jolis. Danser sous la pluie, virevolter sous les gouttes, tout ça à un goût d'amour.
Sous la pluie...
Sous la pluie c'est aussi une très jolie mise en scène, qui dessine avec humour un univers suranné, plein de charme et d'élégance. Gaston porte le costume noir et de fines moustaches, Rosalie a un magnifique chapeau cloche. On fait honneur à la courtoisie, à la galanterie dans une ville bourgeoise des années 20 avec ses vieilles voitures et ses devantures raffinées. Clin d'oeil d'autant plus appréciable car magnifiquement mis en valeur grâce aux illustrations qui ont ce côté un peu désuet : personnages dessinés au crayon noir sur un arrière-plan vieilli aux couleurs pastelles : vieux rose, marron, bleu pastel, vert pastel... le tout offrant un rendu esthétique très réussi. J'ai beaucoup aimé.


En savoir plus sur http://talent.paperblog.fr/6491202/sous-la-pluie/#IJh4VBVs6cgrTf38.99

- sur www.mediagers.fr : Une jolie rencontre poétique et humoristique.

- sur www.petitesmadeleines.hautetfort.com

Un album tendre et poétique
qui chante l'amour et donne envie de danser sous les gouttes..

J'ai adoré cet album. D'abord parce que je connais l'illustratrice et que j'adore son univers. Particulièrement cette palette de couleurs douces, ses motifs élégants et ces persos au crayon, dont mon préféré était sa collection "Zoé Ducasse". (après ses créations pour "Petites Madeleines", bien entendu ;) ). Mais j'ai aussi découvert dans cet album un doux rythme de comptine , un charme un peu rétro si séduisant, des textes qui chantent et des détails soignés (des clins d'oeil à ses proches et ses créations dans les cadres sur les murs intérieurs de Mademoiselle Rosalie!).

On feuillette cet album au son de "I'm singin in the rain", of course!

Lilly Seewald, c'est la géniale créatrice de ma bannière, c'est une artiste lilloise à connaître, c'est un énorme sourire et plein de poésie au bout des doigts. Pour la découvrir, allez faire un tour sur son site et son blog.
Sa complice Nancy Guilbert est une passionnée des mots qui fait de très beaux textes, son site est à visiter. Leur collaboration offre de magnifiques albums, et j'espère que d'autres alongeront la liste!
Les éditions Les P'tits Bérets comptent bien des madeleines à découvrir, allez feuileter leur catalogue pour le plaisir!!



, .
- Coup de coeur sur  le blog des Lectures de Liyah : http://www.leslecturesdeliyah.com/il-pleut-il-mouille/

Mon avis : Voici un album absolument magnifique ! J’ai tout de suite adoré la couverture. Ce fut un coup de coeur immédiat pour les illustrations et les tons employés. Mais bon j’attendais tout de même de voir la suite. Et en fin de compte, c’est un coup de coeur général !
Lorsqu’il pleut il y a deux catégories de personnes. Celles qui aiment cela, qui aiment le bruit de la pluie, l’odeur de celle-ci, sentir les petites gouttes couler le long des cheveux, … Des petits plaisirs simples, que la seconde catégorie de personnes semblent ne pas du tout voir, c’est à dire, les personnes qui détestent la pluie. C’est vraie la pluie ça mouille, il fait froid, on est trempé de la tête aux pieds, on s’enrhume, bref rien de bien réjouissant.
Et puis finalement qu’est ce que cela donne lorsque deux personnes totalement opposées se rencontrent ?
C’est vraiment une très très jolie histoire, pleine de poésie et de délicatesse. Une histoire d’amour également qui va réunir deux personnes qui n’avaient à priori pas grand chose en commun. Bref c’est joli, touchant, émouvant, et l’on se retrouve emporté malgré nous dans cette histoire. Ce sont quelques pages où notre esprit lâche totalement prise avec le quotidien pour se plonger dans l’univers réconfortant de ces auteurs.
Comme je vous l’ai dit, les illustrations sont absolument magnifiques. J’adore ! J’adore ! J’adore ! Tout me plait, le style, le trait fin, les couleurs employées, l’effet de collage, bref c’est un sans faute ! Vraiment !
Je ne me lasse pas de les regarder, et c’est sûr c’est un album que je ressortirai très souvent.
Un album absolument magnifique, tant par son contenu que son contenant. Une belle histoire, de magnifiques illustrations, et une édition très soignée. Un sans faute sur toute la ligne.
Un album à posséder dans sa bibliothèque.


- Des idées d'exploitation pédagogique sur le site www.livresmonecole.fr
monecole.fr/livres/livres-par-type/.../album-sous-la-pluie-cycle-2-cycle-

 : Sous la pluie
Auteur : Nancy Guilbert, & Lilly Seewald
Proposé par : Adam Craponne
Thèmes abordés : pluie, orage, , ,
Avis : Un monsieur qui n’aime pas la pluie rencontre une dame qui l’adore et la foudre ne tombe pas dans le décor mais dans les cœurs. Le vocabulaire outre le fait d’introduire des mots précis dans leur sens propre (giboulées, ondée, clapotis, orage …) en propose d’autres au sens figuré (déluge, avalanche).
Du point de vue de la syntaxe, on n’a affaire qu’à des dialogues, ce qui pourrait inciter à demander aux élèves de cycle III de mettre certaines pages au style indirect.
Outre l’apport langagier, le livre permet d’engager un débat d’idées entre l’intérêt et les inconvénients de subir la pluie. On pourra inviter à en chercher d’autres, la question de la production agricole n’étant pas évoquée par exemple. On pourra également pointer qu’un optimiste et un pessimiste voient le même évènement sous des angles différents et inciter les enfants à commenter d’autres évènements sous des regards opposés.
Du point de vue graphique on est dans style assez réaliste avec un décor moyennement fouillé dont la fonction essentielle est de donner des couleurs Années folles au temps du récit.
Si les élèves de fin de cycle III n’iront pas spontanément vers cet album, on peut aisément le valoriser à leurs yeux en les incitant par exemple à rechercher des fictions ou des documentaires (on pense entre autres aux danses à la mode à l’époque car les deux héros se proposent de danser sous la pluie) qui dépeignent le monde de l’Entre-deux-guerres.
(laissez votre avis dans les commentaires)
+ sur la liste « debat-reflexion »
Résumé : Monsieur Gaston a horreur de la pluie. Mademoiselle Rosalie aime plus que tout les flaques et les ondées. Leurs chemins vont se croiser sous le parapluie et leurs dialogues s’entremêlent et donnent naissance à une jolie rencontre poétique.

-  Sur Materalbum, en compagnie d'autres livres sur le thème de la pluie et des parapluies :
materalbum.free.fr/parapluie/fichier.htm

- Coup de foudre sur le blog de Carole "3 étoiles" : www.blog.3-etoiles.fr 




De l’Amour



Publié le par carole





J’emprunte volontiers à Stendhal le titre de son essai sur le sentiment amoureux, celui dans lequel il inventa le concept de cristallisation : phénomène d’idéalisation de l’autre au début d’une relation amoureuse… Et je vous invite à découvrir un sublime album et deux romans qui donnent des ailes !





Sous la pluie de Nancy Guilbert, illustré par Lilly Seewald, éditions Les Ptits Bérets, collection sur la pointe des pieds, 2013.



Un jour de pluie, Monsieur Gaston et Mademoiselle Rosalie, accompagnés de leur chien respectif, Edgar et Huguette, se promènent. Lui râle, elle s’amuse ! Jusqu’au moment où ils se retrouvent à l’abri l’un contre l’autre…Ce qui devait arriver arriva !

Cet album à l’italienne, aux sublimes illustrations un brin rétro et aux couleurs pastels, au texte en vers, est magnifique ! C’est un ***coup de coeur***, ou plutôt un coup de foudre ! Avant la rencontre, chaque double page exprime à gauche le point de vue à moitié vide du Monsieur, et à droite le point de vue à moitié plein de la Demoiselle. A croire que tout les oppose ! On se souvient du début des 101 Damatiens (même les chiens vont « se trouver »), et on finit dans une ambiance Singing in the rain ! Un album poétique en somme, à découvrir vite !




 - Coup de cœur du mois d'août (avec d'autres albums) sur le site A l'ombre du grand arbre

 - Sur Babelio

-Sur le blog du  "tiroir à histoires"

09 septembre 2013

Un p'tit coin de parapluie... contre un coin de paradis...

Monsieur Gaston et madame Rosalie promènent leur chien chacun de leur côté... sous la pluie. L'un est ronchon, l'autre réjouie.
Monsieur Gaston bougon, peste contre cette pluie qui mouille ses vêtements et les salit, alors que mademoiselle Rosalie est enchantée, a envie de danser. Chemin faisant, ils se rencontrent, et l'entrain de mademoiselle finit par avoir raison de la grogne de monsieur.
La rencontre se termine par une valse sous la pluie (... et si l'histoire continue, l'album se termine ici ! )
En plus de cette charmante histoire à la mélodie légère – le texte est écrit en vers, les rimes donnent envie de valser – cet album est aussi un bijou d'illustrations. Les personnages dessinés façon rétro chic en dégradés de noir et blanc se découpent sur de jolis fonds pastels ou fleuris, la ville et le salon de mademoiselle Rosalie ont un délicieux parfum de nostalgie.
Tout en grâce et en légèreté, cette rencontre sous la pluie est des plus poétiques et réjouissantes, et je me surprends, en fermant le livre, à fredonner « Le parapluie » de Brassens.
A lire, à lire, à lire ! Déjà fait ? Et bien, dansez (sous la pluie) maintenant.
sous la pluie
Sous la pluie, Nancy Guilbert, Lilly Seewald
Editions Les p'tits bérets
C'est le joli billet de carole3étoiles qui m'a donné envie de le lire.
Et si comme moi, vous avez un petit côté mademoiselle Rosalie, je vous invite à lire aussi Il pleut. Si un monsieur Gaston dort en vous, vous aimerez peut être Jour de pluie.


- A lire au pays des merveilles" :
http://alireauxpaysdesmerveilles.blogspot.fr/2014/03/sous-la-pluie-nancy-guilbert-lilly.html


En plein giboulées du mois de mars.
Monsieur Gaston  peste contre les désagréments de la pluie et court se mettre à l'abri.
Mademoiselle Rosalie, elle, s'amuse comme une gamine, joue avec les flaques et met de la couleur dans la grisaille de la vie.
Chacun, sur un bout de trottoir : la rencontre était inévitable !
La légèreté et l'insouciance de Mademoiselle Rosalie auront alors vite fait de faire tourner la tête de Monsieur Gaston qui, contre tout attente, l'invite pour une première danse, .... sous la pluie... évidemment !
Que de romantisme et d'élégance !
Une charmante ambiance rétro, des illustrations crayonnées à peine colorées et un texte tout en rime et en poésie que l'on aurait envie de fredonner.
Laissez-vous aller ....


- Sur le blog de thefrenchbooklover.hautetfort.com/tag/les+p'tits+bérets

J'ai découvert récemment les éditions les P'tits bérets et j'apprécie vraiment beaucoup leur production. Après avoir parlé avec talent de l'adoption dans l'Orphelinat du bout du monde, ils abordent ici, grâce à la plume de Nancy Guibert, le thème de la rencontre entre deux protagonistes aux goûts radicalement différents.
Dans les premières double pages, les personnages se font face et on les voit tous deux répondre différemment aux précipitations qui les frappent. Puis, ils se bousculent dans la rue et l'averse les pousse à se rapprocher...
Il s'agit d'une très jolie histoire. De même, j'ai apprécié les illustrations rétro de Lilly Seewald qui entremêlent habilement techniques de dessin traditionnel et numérique.



- Sur le blog de Maman Baobab :
http://maman-baobab.blogspot.fr/2015/02/quelques-mots-damour-partie-2.html

Sous la pluie de Nancy Guilbert et Lilly Seewald. Il était une fois un jour de pluie. Malheur et giboulées pour l'un des protagonistes, monsieur Gaston qui promène Edgar son chien. Joyeuses gouttes et douce fraîcheur pour l'autre, Rosalie une femme pimpante qui promène Huguette son lévrier. Une page chacun, quand l'un évite les gouttes, l'autre saute dans les flaques d'eau. Ils parlent à voix haute. Monologues. Puis le vent se lève et la promenade sous la pluie prend des airs de romance et nos personnages se rencontrent, trempés mouillés, dégoulinants de partout, ils n'ont plus qu'à aller se sécher ! Dialogue. Un tendre album dans lequel la pluie rime avec poésie et rebondit avec légèreté sur des illustrations dessinées et découpées gracieusement rétros. Tout est dans le costume, le chapeau cloche et dans la douceur de la plume qui donne voix aux personnages.


* Sur le blog de Blandine Vivre Livre








- Pour Le Palais aux enfants :



- sur le blog  http://mya.books.over-blog.com/article-le-palais-aux-enfants...

Comment ne pas craquer en voyant cet album ? J'aime beaucoup les couleurs vives et, comme les petites filles, j'ai un faible pour les couvertures brillantes et pailletées et les histoires de princesses. Je me suis donc laissée tenter par cette charmante histoire et je ne suis pas du tout déçue.
 
 L'histoire est celle d'un prince et d'une princesse qui aimeraient, plus que tout, avoir un enfant. Hélas, les saisons défilent et aucun enfant ne semble pointer le bout de son nez. Alors, le prince et la princesse décident de faire un grand voyage jusqu'au palais des enfants. Cet endroit abrite des tas d'enfants qui n'ont pas de parents. Le prince et la princesse ne sont pas au bout de leurs peines, car en plus d'être long et épuisant, leur voyage sera semé d'embûches et même une fois arrivés, ils vont devoir affronter de dures épreuves pour prouver qu'ils sont à même d'élever un enfant correctement, de l'aimer et de le protéger quoi qu'il arrive...
 
 J'ai beaucoup aimé cette histoire. Sous ces airs de conte de fées, cet album nous parle bien sûr de l'adoption, mais surtout de l'amour inconditionnel d'un père et d'une mère pour leur enfant. On peut y voir tout ce que les parents adoptants doivent prouver et traverser afin de pouvoir enfin offrir tout leur amour à l'enfant qu'il désire tant mais aussi toutes les épreuves que tout parent doit affronter pour soigner et protéger son enfant durant toute sa vie. C'est beau et plein d'amour. Et que dire des illustrations de Leïla Brient ? Elles sont envoûtantes, pleines de charme et nous entraînent dans un univers féérique rempli de mille et une merveilles. Une jolie trouvaille !
 

- sur le blog Le manège de Psylook :
http://psylook.kimengumi.fr/2014/01/22/le-palais-aux-enfants...

Pour l’histoire, j’ai adoré, même si je ne m’attendais pas à ça. Je pensais que le récit porterai principalement sur les difficultés de parvenir jusqu’au château pour y adopter un enfant, mais non. Le voyage en est relativement court. Par contre, une fois arrivés là-bas, les épreuves se multiplient: au premier abord, on a l’impression que c’est un test pour prouver que le roi et la reine sont aptes à élever un enfant, mais je reste persuadé que ces tests servent surtout à les préparer pour ce qui les attends par le biais de la persévérance, la patience, le travail…
Un conte au final très proche de la réalité tout en restant une très belle histoire. Je pense que je peux dire sans problème que c’est un coup de cœur ^_^



- sur le blog Livres et merveilles au pays de Ly Lan


http://www.livres-et-merveilles.fr/2014/03/albums-jeux-jeune...

"Ce n’était pas précisément ce livre de Nancy Guilbert que je cherchais ce jour là, mais plutôt son dernier album "Le roi de la Jungle". Et pourtant c’est bien "Le Palais aux Enfants" qui s’est imposé à nous ! Ly Lan n’a pas résisté à sa couverture pailletée et aux magnifiques illustrations de Leïla Brient. Et elle a bien fait, car à la lecture, c’est un merveilleux conte de prince et de princesse, très différent des autres. Une histoire sur l’amour des parents pour leurs enfants, une quête d’adoption. Un livre qui trône sur sa table de nuit et qu’elle "lit" même toute seule."

et encore ici :
www.livres-et-merveilles.fr/.../album-le-palais-aux-enfants-nancy-guilber...
Un très beau conte sur l’adoption !
Le Palais aux Enfants de Nancy Guilbert et Leïla Brient - Grenouille éditionsVoilà un moment que je souhaite vous présenter cet album - joliment écrit par Nancy Guilbert et adorablement illustré par Leïla Brient - car, à la maison, nous y tenons beaucoup. Nous l’avons depuis un an environ et je n’ai jamais pris/eu le temps de vous le montrer, comme il se doit, sur le blog (même si je l’ai évoqué ici). La semaine derrière, ma fille m’a subtilement (ou pas, d’ailleurs, vous en jugerez par vous-même...) rappelée à l’ordre.


En rentrant de l’école, elle s’est installée en face de moi pour jouer à la maîtresse. Après être allée farfouiller dans sa chambre, elle est revenue avec "Le Palais aux Enfants" et m’en a fait la lecture. Certes, elle ne sait pas lire, mais elle se rappelait parfaitement de l’histoire (que nous n’avions pas lue depuis un bon bout de temps) et j’ai été frappée par les détails qui lui revenaient en mémoire.
La princesse Linéa et le prince Tristan ont trop longtemps attendu l’arrivée d’un enfant qu’ils désirent tant. Un matin, ils décident de se rendre dans un palais où sont recueillis de petits orphelins. La route est longue et le chemin semé d’embûches. Courageusement, ils chevauchent vers leur avenir. Ils vont même combattre une énorme pieuvre, avant d’atteindre la grille du palais. Le vieillard qui les accueille les laisse d’abord se reposer de leur périple. Puis rapidement, viennent les mises à l’épreuve. En effet, pour devenir parents, il va leur falloir se montrer capable et digne. Mais ni le nettoyage harassant, ni les travaux de nuit, ni la fatigue, ni même l’épouillage des enfants, ne viendront à bout de leur volonté sans faille d’accueillir un petit dans leur foyer !
Sur fond de conte traditionnel où le prince et la princesse sont richement vêtus, ont des mains soignées et délicates et chevauchent fièrement, Nancy Guilbert propose une histoire extrêmement moderne. Les métaphores sont particulièrement parlantes pour les petits lecteurs qui n’auront aucun mal à comprendre ce texte (ma fille avait 4 ans quand nous l’avons lu pour la première fois).
La force de cette histoire est de décrire la tristesse de ne pas pouvoir avoir d’enfants, ainsi que les difficultés et le long cheminement qu’est l’adoption, en les transposant dans l’univers du conte dont le décor, fait de palais, de parures et d’épées, est tout à fait approprié pour les enfants. La réalité semble ainsi moins difficile, même s’il n’en est rien.
C’est une histoire qui nous a beaucoup touchées et qui a interpellé ma fille, trouvant injuste et triste qu’à la fin, ils ne prennent avec eux qu’un seul enfant... Nous avons ainsi pu discuter du fait d’être orphelin, de l’adoption, des adultes qui ne peuvent pas avoir d’enfants... J’aime ces livres qui nous engagent dans des réflexions communes ! Et c’est justement une des questions que se posait l’auteur, Nancy Guilbert, dans son dernier post sur son blog : "Est-ce que les livres ont le réel pouvoir de faire réfléchir les enfants -et les plus grands-, de leur apprendre à mettre du sens sur ce qui les entoure [...] ?". Ma réponse est oui, bien évidemment ;-)
Alors, bien sûr, je ne vous cache pas que les illustrations de Leïla Brient ont également joué un grand rôle dans l’amour de ma fille pour ce livre. Rien que la couverture, avec un château rose fushia "saupoudré" de paillettes (fait avec avec du vernis sélectif glitter que je n'ai malheureusement pas réussi à prendre en photo correctement), lui en a mis plein les yeux ! Puis, les pages se succédant, elle a observé chaque détail de la robe de la princesse, des beaux paysages ouatés, du vieux monsieur à la barbe interminable... C’est un style que nous aimons beaucoup, très doux, arrondi, aux tonalités pastels. Elles sont totalement envoûtantes.
Pour en revenir au rappel à l’ordre de ma fille, subtil ou non ? : Lors de sa "lecture", elle s’est longuement arrêtée sur la page où la princesse Linéa pare la tête d’une petite fille de bijoux, en me disant "et là, la princesse lui enlève les poux", détail que j’avais complètement oublié.

















- Pour l'Enfant et l'Oiseau Blanc :


http://souslefeuillage.blogspot.fr/2014/07/lenfant-et-loiseau-blanc.html

L'enfant et l'Oiseau blanc est un coup de coeur parce qu'à la lecture de ce magnifique et émouvant album j'ai ressenti beaucoup d'émotions. J'affectionne particulièrement ces albums jeunesse qui évoquent des thèmes délicats, bouleversants et difficiles. Ils sont un moyen simple mais tellement important de faire passer des messages plein d'espoir, remplis de délicatesse. La fin est pleine de douceur, une douceur qui, du reste, émane dans chacun des mots choisis avec soin par Nancy Guilbert. Le texte est sobre, des mots simples, accessibles, qui parlent aux enfants et qu'ils pourront comprendre. Délicatesse et poésie nous emportent pour évoquer le sujet fragile du deuil et de la perte d'un être cher. Comment consoler nos enfants lorsqu'ils ont perdu un animal de compagnie ? Les illustrations d'Emilie Dedieu sont superbes et accompagnent ce voyage inuit, au pays du froid, à ce pays blanc plein d'onirisme. Les couleurs saisissent par leurs contrastes créant des dégradés fascinants de blanc, de bleu, de gris et de violet, rose. Il y a beaucoup d'éclat, de lumière dans cet album, une sorte d'espoir, tout comme le dit le texte avec cette infinie tendresse. Un mélange de féérie et d'imaginaire où la réalité parfois bien dure est apaisée par nos rêves emplis d'amour. Il en ressort un album extrêmement attachant, où brillent les flocons de neige et les étoiles, promesses d'un réconfort niché là-haut, dans cet horizon lointain qui veille et nous protège. Une très belle découverte.


Pour l'Enfant et l'Oiseau Blanc, un coup de cœur sur le blog à Histoires :
Hiko, le petit chien d'Anouka, est parti au pays blanc. Alors Anouka est triste, si triste... Maminouk voudrait la consoler mais rien n'y fait. Inquiète, elle sort un soir plein d'étoiles pour faire appel à l'oiseau blanc...
Si je devais résumer cet album en deux mots, ce serait "poésie" et "délicatesse". Poésie dans le texte qui nous entraîne en quelques mots loin, très loin, tout au nord, là où la neige ne fond jamais et où vivent les ours blancs. Délicatesse dans la manière de traiter ce thème de la perte d'un être cher, avec des mots justes et subtils.
Cet album a su rencontrer ma miss Choupinette si sensible de 6 ans et demi, il s'est vraiment passé quelque chose - et c'est son livre préféré maintenant. Je pense qu'il parlera à beaucoup d'autres...
De mon côté, c'est un gros coup de cœur, à la fois pour les mots de Nancy Guilbert et pour les merveilleuses illustrations d'Emilie Dedieu... et il n'est pas toujours facile de parler d'un coup de cœur, j'aurais plutôt envie de vous en lire un bout... D'ailleurs, qui sait, et si à la bibliothèque...

- Dans la revue Crokalyre de l'association Contalyre, n°1-2014 :
 http://contalyre.be/wp-content/uploads/Crock-01-2014.pdf

- sur Livres et Merveilles, au pays de LyLan
 
-