mercredi 20 juin 2018

Le Club des CE1 tome 4, cadeaux et chroniques

La fin de l'année scolaire approche et l'été arrive !
Je suis heureuse de vous présenter un roman Premières lectures de saison
puisqu'à cette occasion, Le Club des CE1 
prépare une exposition sur le thème des océans,
pour donner envie de vacances :)

C'est le quatrième tome de la série aux éditions Hachette enfants,
  Zoé mène l'enquête,


tout beau avec son vernis sélectif et ses couleurs gaies,
grâce à la palette de Susana Gurrea.
Merci à mes éditrices pour leur confiance.

Il sort ce mercredi 20 juin en librairie.






Belle lecture à tous les CE1 !

 *
Et puis j'avais envie de vous montrer
 les adorables cadeaux reçus de la part de Solène
 fan de Cali, (que je n'ai jamais rencontrée),
et de Anne, sa maman aux doigts de fée.


Je fonds ! Merci <3
*

Pour terminer, trois chroniques pour C'est l'histoire d'un loup. Merci aux chroniqueuses !


Lylou de Livres et Merveilles :
En voilà un album rigolo ! Ne vous fiez pas au mignon petit oiseau rose sur la couverture, c’est en fait un terrible loup aux grandes dents. Affamé, qui plus est ! Nancy Guilbert et Nicolas Gouny nous proposent un petit album totalement surprenant et hilarant.
C’est l’histoire d’un loup qui a donc très faim. (...)
La fin, que je tairai bien sûr, est tout aussi drôle et inattendue. Cette histoire est une imposture totale qui fera rire toute la maison. Les illustrations sont, elles aussi, cocasses. Les expressions de l’oiseau sont parfaitement réussies. Elles raviront les petits lecteurs.
En bref, un album à lire et à relire sans modération :-).  

Blandine de Vivre Livre
Quel drôle et délicieux album qui s’amuse à jouer avec les répétitions, entre les mots, les apparences, et la confiance en soi.
Le décalage entre les mots et les illustrations est hilarant, d’autant que les dessins de Nicolas Gouny sont vivement colorés et tout en rondeur, mais néanmoins très expressifs !

 Notre avis : mais bien sûr, j'ai vu que ce n'était pas un loup !!! Ce livre est une imposture. Les animaux ne sont pas ceux qui sont décrits dans le texte et pourtant l'autrice fait comme si de rien n'était... tout est possible... Imaginez la tête des enfants à la lecture. C'est un régal. 
Le message bien entendu est celui qu'il faut rester soi-même, en toute circonstance mais aussi que la réalité de l'un n'est pas obligatoirement la même pour l'autre
Les dessins de Nicolas Gouny sont facilement reconnaissables, on apprécie la simplicité, les formes géométriques, les couleurs vives...
Une farce à partager autant de fois que possible !

vendredi 15 juin 2018

Lettre à un inconnu à l'hôpital Oscar Lambret de Lille

J'ai animé trois rencontres dans le service de cancérologie pédiatrique,
des rencontres particulières où il faut s'adapter à la fatigue,
à l'humeur, à l'emploi du temps des enfants.
En partenariat avec le Labo des Histoires des Hauts de France,
 pour le concours Saint-Exupéry parrainé par le chanteur Calogero.


Le lien qui explique le concours, ici :
https://www.youtube.com/watch?v=BGyCunhxWfw



Le chanteur Calogero présente le concours d'écriture

 "L'aérien pour relier la jeunesse"

La ligne : De Jean Mermoz à Antoine de Saint-Exupéry, 
en passant par Henri Guillaumet et Didier Daurat, 
ils ont tous écrit la légende des lignes aériennes Latécoère, 
fondées en 1918 par l’entrepreneur visionnaire Pierre-Georges Latécoère, à Toulouse. 
Cette compagnie deviendra la première poste aérienne transcontinentale. 
Communément appelée « La Ligne », avant de devenir l’Aéropostale, 
elle reliera la France, l’Espagne, le Maroc, l’Afrique Occidentale et l’Amérique du Sud.


Moments intenses, 
mais aussi moments de rires et de partages profonds. 
Merci à Prescillia du Labo
et à Christelle, enseignante spécialisée.

Je retiendrai la sensibilité et la pertinence de Lucas, 11 ans, 


la gravité profonde de Dina, 5 ans,
l'hypersensibilité et la douceur d'Océane, 20 ans

la joie de vivre d'Amélia, 18 ans,

l'empathie et la solidarité tendre de Macha et de Marion, 
ses copines





et les origamis de Thomas, 20 ans

Ces ateliers resteront dans ma mémoire,
de par leur intensité.


Et maintenant, que volent ces lettres
aux quatre coins du monde !


"La participation est réservée aux jeunes de moins de 25 ans. Elle se fait en envoyant, avant le 30 juin 2018, une lettre (1 page maximum) porteuse d'un message d'espoir et d'avenir pour la planète à l'adresse :

Toutes les lettres seront embarquées à bord des 60 avions du Raid Latécoère-Aéropostale, qui prendra son envol depuis l’aéroport de Toulouse-Francazal, le 27 septembre 2018, pour rejoindre Dakar, en passant par l’Espagne, le Maroc et la Mauritanie, afin de commémorer le centenaire de cette ligne aérienne mythique. Tout au long de ce périple, les lettres seront distribuées et lues par des enfants dans chaque ville-escale. Les membres d’un Jury composé de personnalités de la littérature et de l’aéronautique sélectionneront 50 lettres pour les publier, sous la forme d’un recueil (dont une version numérique sera disponible gratuitement en ligne), aux éditions Gallimard."


"Vues d'en haut, ces frontières, ces lignes qui nous écartent
Ne sont que des dessins, que des traits sur la carte
(...)C'est beau comme, vu d'avion, on a tous l'air pareil."

Pour écouter la chanson, cliquez sur le lien ci-dessous.


lundi 11 juin 2018

Prix Planète Bleue Nausicaà

En ce début de semaine, je suis heureuse de vous annoncer
qu' Opération Requin a reçu le Prix Planète Bleue Nausicaà 
dans la catégorie jeunesse.

Merci au Centre Nausicaà pour cette sélection, 
 aux enfants qui ont voté pour lui, 
et à mon fils qui m'a appris à porter un autre regard sur les requins.


Le Prix littéraire "Planète Bleue" récompense des ouvrages récents 
sensibilisant à l'environnement marin et /ou au développement durable.
Il est remis aux lauréats chaque année le 8 juin pour la Journée Mondiale de l’Océan.

Prix Beaux Livres : Cap au Sud, voyage en terres australes
Prix Romans, nouvelles, essais : Biomimétisme, on n'a rien inventé.


*
L'aventure avait commencé 
lors d'un atelier avec le Labo des Histoires, à Nausicaà :
Atelier à Nausicaà, novembre 2017
*
Retour en images sur cette journée du 8 juin qui m'a (nous a) laissé 
des étoiles (de mer) dans les yeux.

D'abord dans les coulisses du studio d'enregistrement
(presque comme dans le roman !)

Aline, Responsable du Centre de Ressources Documentaires,
et Julien, le super-présentateur-qui-met-à-l'aise-les-autrices-stressées,
 annoncent aux deux classes présentes sur les 35 participantes
qu'Opération Requin est lauréat et que je suis présente sur le plateau.



Joli moment d'échanges avec les enfants.


Photos souvenirs
Avec la classe lauréate qui avait fait le bon pronostic



Kévin, attaché de presse des éditions Ravet-Anceau,
et Aline, responsable du Centre de Ressources Documentaires.

 * 

Depuis le 19 mai, Nausicaà s'est agrandi
et propose un voyage toujours plus merveilleux
 au pays des espèces marines.

Enjoy !
photos personnelles-8 juin 2018

photos personnelles-8 juin 2018

photos personnelles-8 juin 2018

... et merci à vous, mes lecteurs, petits ou grands, 
qui ont défendu Opération Requin depuis sa sortie il y a tout juste un an.




lundi 4 juin 2018

Livres traduits, chroniques, prochain salon

 Un mur si haut n'a pas gagné le Prix des Incos : félicitations aux lauréats et puis, merci à tous les petits lecteurs qui l'ont aimé, qui ont voté pour lui, et pour les enseignants/bibliothécaires qui nous ont invitées, Stéphanie et moi, pour permettre ces échanges précieux.
Il n'avait pas attendu la sélection pour voyager dans les écoles et les médiathèques donc je lui souhaite de continuer sa route de la même façon.

La vie d'autrice est riche, j'ai de bonnes nouvelles et projets dont j'ai hâte de vous faire part. 
En attendant :

* Prochaine traduction en Russe des séries Lali Détective et Le Club des CE1.
Привет маленькие Русские читатели!


* Des photos des livres traduits et reçus :

* La Pilota del cielo (La Pilote du Ciel en italien aux Editions Pane e sale) que deux petites lectrices ont trouvé en Italie et m'ont gentiment envoyé. C'est amusant de voir les prénoms transformés
                                      





C'est amusant de voir les prénoms transformés
Ysée s'appelle Ilaria

Et Albin, Alberto !

et les mots-valises aussi, bien sûr :

* Le rêve au bout des doigts en Coréen. Ici, impossible pour moi de savoir ce qui a été modifié ;-)



* Encore de nouvelles chroniques pour Deux secondes en moins. MERCI !




* Au temps Lire, librairie de Lambersart (je vous ai présenté la chronique dans l'article précédent).







* On l'a lu (Patricia Sanaoui)
.
(...)Je ne suis pas une habituée des romans pour adolescents mais j’ai trouvé celui-ci remarquable car sans tomber dans le pathos, les deux auteures font entendre les voix de ces deux adolescents confrontés à des drames et relatent parfaitement l’incompréhension des parents qui, même avec la meilleure volonté du monde, se retrouvent démunis face à leurs enfants meurtris.
J’ai trouvé également très bien que la douleur psychologique soit mise sur un plan d’égalité avec la douleur physique.
Le personnage du professeur de piano est remarquable et je goûterais bien à son « thé des sages ».


Nuée de pétales C’est grâce à Pauline du compte Instagram marque_pages que j’ai pu recevoir ce roman. Je n’avais d’ailleurs jamais entendu parler de la maison d’édition Magnard et c’est grâce à ce livre que je l’ai connu et j’aime beaucoup ce qu’ils publient. Je vous conseille de jeter un coup d’œil à leurs dernières parutions qui m’ont l’air sympas ! (...)J’ai pris particulièrement du temps à le lire, mais pas parce que je n’ai pas aimé, au contraire ! J’ai été très touchée et émue par la justesse de ce roman. Les personnages sont attachants surtout par rapport à ce qu’ils ont vécu dans leur vie. J’avais qu’une envie : qu’ils se sentent bien, qu’ils reprennent goût à la vie… En tout cas, c’est une belle lecture qui nous montre que tout n’est pas perdu, qu’il y a toujours un peu d’espoir.L’écriture est très douce, fluide et nous emporte dans cette belle et triste histoire. Je suis ravie d’avoir pu découvrir ce beau roman et ces auteures !

Pépita Méli-mélo de Livres Deux romans lus récemment explorent avec justesse et sensibilité le fait de se réveiller un matin avec une ligne de vie bien différente de celle d'avant, que rien ne sera jamais plus pareil, à moins. (...) .Même si j'ai vu venir l'intrigue à grands pas, j'ai apprécié cette histoire de résilience pleine d'humanité. Marie Colot et Nancy Guilbert insufflent à leurs personnages un indéniable accent de vérité si bien que ces personnages pourraient être vous et moi. La figure du professeur est lumineuse et loin d'être irréaliste. J'ai aimé cheminer avec ces vies cabossées et encore davantage assister au début de leur renaissance. Tous les aspects y sont bien abordés : le découragement, la renonciation, les relations aux autres, l'introspection, l'espoir aussi. Et surtout l'amour de la musique et Schubert !Un roman puissant sur la vie et la mort, écrit à quatre mains, comme une partition jouée elle aussi à quatre mains.
*Les billets de Fanny
Généralement, voir le nom de Marie Colot sur une couverture de livre suffit à me donner envie de le lire. Dans ce roman, la quatrième de couverture me plaisait aussi : j’avais l’impression qu’il m’annonçait un roman fort, touchant, que je ne voudrai pas lâcher. C’est exactement ce qu’il s’est passé.J’ai été très touchée par cette histoire, tellement que j’ai mis longtemps à me lancer dans la rédaction de la chronique, ne sachant quoi écrire.Igor et Rhéa sont parfaitement bien décrits. On se les imagine de plus en plus précisément au fur et à mesure qu’on avance dans l’histoire, on s’y attache, on veut les garder près de soi.Ils ont tous les deux un caractère bien trempé, façonné par leurs histoires différentes mais difficiles. Ils ont des points communs : ils se sentent seuls, à des kilomètres des préoccupations ordinaires des autres adolescents de leur âge, incompris, malheureux. Des questions les assaillent régulièrement : comment continuer à vivre après un traumatisme, qu’il soit physique ou mental ? Et même : comment avoir encore envie de continuer à vivre ? Un autre point commun les unit : le professeur de piano. Un homme qui mettra tout en place pour penser les plaies et redonner confiance à ces deux êtres cabossés trop tôt. Un chemin qui sera long et pas toujours facile, mais salutaire.Côté écriture, les mots sont bien choisis, sans désespoir larmoyant et suffisamment forts pour nous prendre parfois aux tripes et au cœur. On ressent bien deux personnalités différentes qui se complètent parfaitement. C’est d’ailleurs l’un des points forts de ce livre : l’écriture à quatre mains (une auteur pour un personnage).Un texte qui plaira aux adolescents, mais aussi aux adultes qui peuvent se sentir concernés. De mon côté, j’ai hâte de découvrir d’autres romans de Nancy Guilbert, que je découvre ici.


* Un livre à la main
30849548_1907154939317111_1344763507_oTout d’abord je tiens à remercier mon amie Pauline, pour m’avoir donné la chance de pouvoir lire ce livre, de l’opportunité qu’elle m’a donné. Et je suis vraiment heureuse d’avoir pu le lire !En ayant lu la quatrième de couverture, je m’attendais à un livre bouleversant, touchant et triste, et je dois dire que j’ai été servi ! J’ai beaucoup aimé la plume des deux auteures, je n’ai pas vu la transition entre les deux et au début, j’ai même cru qu’il y avait qu’une auteure. On alterne les points de vue entre Igor et Rhéa et j’ai trouvé qu’on était très vite immergé dans la tête des personnages principaux. Les auteures abordent avec beaucoup de justesse les sentiments de ces deux personnages et j’ai plus d’une fois été au bord des larmes, tellement j’étais prise par les sentiments et l’histoire de Igor et Rhéa.J’ai beaucoup aimé la trame principale, le fait que la musique soit le centre de leur rencontre et qu’elle joue un rôle dans l’évolution des personnages.J’ai bien aimé les deux personnages mais j’avoue avoir eu une légère préférence pour le personnage de Igor, qui m’a beaucoup plus touché par son histoire. Comme je l’ai dis plus haut, je trouve que les auteures ont fait un véritable travail sur les émotions des personnages, j’avais vraiment l’impression d’être prise par leurs émotions et d’être eux. L’histoire de Rhéa, quoique déjà vu, m’a moins touchée que celle d’Igor où tout c’est joué à quelques secondes près et qui ont irrévocablement changé sa vie pour toujours.Ce livre aborde énormément de sujets importants et qui ont été traité avec beaucoup de justesse je trouve. Il aborde le sujet de la beauté physique, la haine, la colère, le rejet, le deuil, etc.J’ai adoré ce livre qui m’a fait passer par un panel d’émotions, qui m’a fait suivre un bout de vie de deux adolescents brisés, qui ensemble, à travers la musique, vont se reconstruire et avancer ensemble. Une belle histoire qui aura su toucher mon petit cœur d’artichaut. Merci aux éditions Magnard pour l’envoi de ce roman. ♡
et des photos de lectrices <3 
Sandra, Emilie@emilieetcie, myriam@mytouch88
Ambre Nadaud, Plume de Caelum, Chicky.poo
"Hello ! Je viens de finir ce livre et je dois dire que j'ai vraiment apprécié. Je trouve ce roman vraiment profond et touchant. Je trouve que le processus de reconstruction des personnages grâce aux piano est très vrai. Les personnages sont très attachants et les voir évoluer, se reconstruire après avoir vécu un drame est très touchants. On ne leur souhaite que du s'en sortir. Ce livre est plein de belles choses, de positivité malgré cette ambiance de tristesse. Chaque personnage souhaite s'en sortir et je trouve que c'est motivant pour notre vie de tous les jours. Tout le monde monde devrait s'en inspirer. C'est un livre à mettre dans les mains de tous le monde !" (Plume de Caelum)
Merci à vous tous, qui faites vivre nos livres et les défendez.

Je serai au salon du livre de La Bassée samedi prochain
pour les dédicacer,
un salon entièrement organisé par les élèves de 4ème et de 3ème
avec leurs professeurs et la librairie La Ruche aux Livres.