vendredi 27 novembre 2020

Les bouleversantes chroniques de Point de Fuite

 ... plus encore que je n'aurais imaginé en écrivant ce nouveau quatre mains avec Marie.


Nous savions que le thème était difficile. Nous l'avons porté à bout de bras, courageusement, de septembre 2018 à septembre 2019, date à laquelle il est parti dans les boîtes mails des éditeurs...Et les retours des chroniqueuses et chroniqueurs nous rendent au centuple le travail fourni.

Merci à l'équipe de Gulf Stream de l'avoir accueilli, chouchouté, et de le porter aussi bien.

Mercredi #25novembre, c'était la journée internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes, alors merci à ces chroniqueuses et ces chroniqueurs qui, par leurs photos et leurs mots, contribuent aussi à éveiller les consciences.





Ce roman a été une véritable…tempête. Un truc qui m’a emportée, fait glisser sur des feuilles mortes, m’a lâchée en plein art contemporain, déglinguée le coeur, bouleversée, atomisée. J’étais soufflée, vidée, à la fin de ma lecture et en même temps tellement pleine de colère, de rage, de tristesse. Point de fuite est extraordinaire.

Je suis devant ma page de blog et je ne sais pas par quoi commencer. Dois-je privilégier la narration ? En chapitres courts, l’écriture fluide, les changements de point de vue qui en font un roman choral ? Ou bien plutôt les personnages ? Ou encore le fond tout simplement et l’ensemble des thématiques abordées dans ce roman ?

Commençons par un petit Trigger Warning. Ce roman, en abordant une relation toxique, peut parfaitement perturber bon nombre de personnes par sa violence verbale et physique par exemple. Je mets particulièrement en garde les personnes qui auraient pu avoir vécu ce genre de choses. A destination des grands ados ou des adultes, c’est toutefois un remarquable roman qui peut vous aider à prévenir ce genre de relations, mieux observer votre prochain, et pourquoi pas vous aider à agir. Ne pensez pas que des sujets soient trop durs ou trop complexes, ce sont des sujets qui existent, qui bouleversent certes, mais qui sont réalistes, des maux de notre époque dont il faut prendre conscience pour mieux les combattre.

Alors oui j’ai adoré Point de fuite. C’est un roman qui dit beaucoup de choses. Qui dit l’amour, qui dit la haine, qui dit l’amitié et la violence, qui dit les silences et les solitudes. A travers ses différents personnages, on observe petit à petit la toile se former autour de Mona avec en son centre une araignée, insidieuse et charismatique. 

Le personnage de Mona est quant à lui extrêmement réaliste. Parfois même trop. J’avais l’impression de glisser à ses côtés, de trébucher, sans m’en rendre compte je me suis complètement imprégnée de ce personnage, m’en suis peinturluré le cœur et le visage jusqu’à en avoir la gorge serrée, à refermer le livre les mains tremblantes. Pourtant, évidemment, Mona n’est pas un personnage auquel on a envie de ressembler, dont on envie la place, les pouvoirs magiques ou que sais-je, mais les autrices ont réussi à lui donner de la tangibilité et l’ont investi du souvenir de millier de femmes à travers le monde, subissant les mêmes choses en silence. Elles ont remarquablement dessiner son corps en transformation, sa perte de poids, ses cernes, sa perte de repères, le resserrement progressif de son monde autour d’une seule et même personne, bourreau et amant, martyre et salaud. Je le redis mais l’impression de glisser, de chavirer était extrêmement forte.

On est loin des statistiques, des données chiffrées, des petites citations qui nous interpellent parfois dans la rue, sur ces femmes battues, tuées, réduites au silence. Impossible de se dire « mais pourquoi ? pourquoi ne part-elle pas ? » comme on peut l’entendre par fois. Marie Colot et Nancy Guilbert refusent le jugement et l’égoïsme de cette pensée pour nous offrir de la compassion et un « comment l’aider » au pourquoi.

En résumé Point de fuite est un roman bouleversant dont il est difficile de sortir indemne. La dernière page refermée ce sont des larmes aquarelles et des poings froissés qui viennent nous dessiner de la colère et de la tristesse au ventre. Parce que Mona est une personne comme tout le monde, parce que ce ne sont pas que des statistiques mais des personnages dont on s’imprègne, éponge sur tache d’encre, et parce que Marie Colot et Nancy Guilbert nous rendent cette histoire tangible, réelle, puissante. Un coup de cœur percutant qui ouvre les yeux sur les relations toxiques et les pièges dans lesquels tombent parfois les femmes sans s’en rendre compte, véritable descente aux enfers; avec ce qu’il faut de poésie et d’amitié pour nous rendre l’indicible supportable.

* Un joli coup de coeur du Prix Farniente, merci infiniment <3





Chez Keepstory in live



Bonjour Booksta ! Je suis transpercée d’émotions, il faut absolument que je vous parle de Point de fuite, de Marie Colot et Nancy Guilbert. C’est un livre effectivement écrit à quatre mains aux multiples points de vue. Je l’ai trouvé formidable ! C’est une pépite que je suis ravie de compter dans ma bibliothèque. Le sujet est poignant. Il est original mais en même temps malheureusement présent dans notre société. Chacun des personnages et leurs points de vue apportent quelque chose de vital dans l’histoire. (...)
Je ressens au plus profond de moi que ce livre, m’a apporté quelque chose. C’est pour ça que je vous le conseille en espérant qu’il vous apporte quelque chose à vous aussi. Coup de cœur ❤️ 



Chez Minimouthlit

Sans jamais tomber dans le voyeurisme, Nancy Guilbert et Marie Colot parviennent à nous faire entrer dans l’intimité d’une victime de violences conjugales. Point de fuite se révèle être un roman puissant, intense, parfois terrifiant, mais nécessaire. À découvrir absolument !

* Un coup de coeur et de poing  pour Les lectures de Théa


Et de belles photos pour des avis en cours :
Les lectures de Pampoune:


_Grimmlire_

Et pour terminer, il est dans la sélection de la semaine du SLPJ de Montreuil, merci !




Et sinon ?
Une adorable lecture commune entre Des images pour être sage et Raconte-moi un livre, 
pour Venise, bises, cerises.
Quelle émotion de les lire...






Un concours sur FB chez Blandine de Vivre Livre (ci-dessous ses mots et sa photo)
Il y a eu un autre concours chez My Little word que je n'ai pas eu le temps de relayer ici, 
merci aussi :)

Les Editions Oskar et moi vous proposons de gagner un exemplaire de ce roman - Le concours se déroule sur ma page FB du 22 novembre au 1er décembre 2020.

CLIC

Bonne chance!

Merci infiniment <3

mardi 10 novembre 2020

L'ourse bleue part en Chine... et autres chroniques

Notre Ourse Bleue est partie en direction de la Grande Muraille de Chine, la voici traduite pour notre plus grand plaisir. 
<3 class="separator" div="" style="clear: both;">
L'album est superbe, un grand format avec du vernis sélectif et la truffe de l'ourse en relief texturé. Petit bonus, on peut écouter l'histoire grâce à un QR code <3

Affiche réalisée par les enfants lors de la remise du Prix Lire et Elire <3

Et sinon ?

Pour Point de fuite, écrit en duo avec Marie Colot : un mois après sa sortie, des messages, des confidences touchantes qui font frissonner (merci pour votre confiance), des chroniques, des mots... Mille mercis pour cet accueil !

 * Pour Keepstory in live, un coup de coeur
* Chez Romy-read aussi

* Un très bel avis chez Sophie lit ça :
 
Cette très belle couverture (qui nous a donné du fil à retordre !) signée Tiphaine Rautureau permet de belles mises en scène.

Une photo de la librairie Coiffard à Nantes :


Pour Venise, bises, cerises, un merveilleux "entretien entre blogueuses", chez Blandine, Cécile et Pauline.






 Une jolie chronique sur Opalivres : https://www.opalivres.fr/la-collection/des-9-ans/venise-bises-cerises/ Entre amitié, rumeur, violence, réseaux sociaux, rapport familiaux, création, vie scolaire… la vie ordinaire n’est pas un long fleuve tranquille. Chaque chapitre démarre par un extrait de chanson qui en donne la tonalité… Un petit regret : que les paroles anglaises ne soient pas traduites. Les personnages rencontrés offrent une belle variété de portraits. Beaucoup ont des vies compliquées….ce qui tend à expliquer leur comportement. Ce roman au rythme enlevé et au ton agréable, se lit facilement, et peut intéresser des lecteurs à partir de 10 ans. 


* Pour Nuit, cette chronique chez HastagCéline

#Onirisme

Cet album est magnifique. Il s’en dégage de la poésie, de la douceur, de la beauté mais aussi de la force et une certaine nébulosité charmante.
Une fois refermé, on se sent apaisé, un peu déboussolé aussi car le voyage qu’on vient de vivre en compagnie de la petite fille n’aura pas livré tous ses secrets.
Et j’avoue, sans honte, que si je ne suis pas sûre d’avoir tout saisi (le faut-il ?), je suis tout de même vraiment conquise par cet album merveilleux. Parfois, se laisser porter, par la musique des mots, par la richesse des illustrations, par la profondeur d’un univers, c’est bien aussi.

#EnEauxProfondes

Comme je le disais plus haut, il y a des albums qui vous touchent alors même que quelque chose vous échappe. C’est le cas pour Nuit.
Cependant, j’ai été très sensible au texte de Nancy Guilbert dont la plume aussi bien dans ses albums que ses romans me fait vibrer, comme à chaque fois. C'est ici très énigmatique et poétique. 
Ses mots sont sublimés par les illustrations d’Anna Griot qui sont simplement époustouflantes.
Chaque double-page est un véritable tableau ! Et on se perd dans la contemplation de chacun d’eux. Le noir profond fait ressortir les couleurs éclatantes. L'effet de profondeur est impressionnant et immersif. Du noir de la chambre où la petite fille commence à peindre, on s'enfonce au coeur un monde marin et l'on découvre, au fil des pages, des décors où la couleur gagne du terrain au milieu des poissons aux formes incroyables, des trésors cachés parmi les algues au gré des courants... Les détails se multiplient, les pages se remplissent et des dessins merveilleux s'épanouissent sous nos yeux ébahis. C'est beau. 

Imaginer, créer et laisser l'inspiration nous guider...

Ainsi, aux côtés de cette fillette qui cherche à peindre la nuit (c’est tellement poétique ça aussi), on glisse de plus en plus profondément dans un univers onirique et féérique, peuplé de créatures marines à la fois rassurantes et inquiétantes, comme peuvent l'être parfois celles qui peuplent nos rêves. La lumière gagne peu à peu du terrain et cette fameuse nuit aura été d'une richesse extraordinaire pour la fillette mais pour nous aussi.

Difficile de décrire la puissance qui se dégage à la lecture de cet album.

N’attendez pas de réponse, n’attendez pas une histoire classique, n’attendez pas une morale, une logique… en ouvrant Nuit, attendez-vous à à la beauté de l’inattendu.
Et lâchez prise.

#PourQui?

Pour les enfants qui rêvent d'explorer des mondes fantastiques.

Pour les enfants qui se laissent porter par leur imagination.

Pour les enfants qui aiment écouter la musique des mots.

Pour tous les enfants à partir 3-4 ans. Peut-être cela peut sembler tôt mais quand je vois les yeux de ma fille (de cet âge) quand je lui lis cet album, je pense qu'elle y trouve aussi son compte !




Chers lecteurs, lectrices,
libraires,
chroniqueurs et chroniqueuses,

vos mot sont précieux et nous poussent dans les moments de doute,
 de découragement, de fatigue...
alors MERCI !
Et prenez soin de vous <3

vendredi 30 octobre 2020

Les précieux ateliers d'octobre

 En cette période où inquiétude rime avec lassitude, les ateliers et interventions ont une importance particulière et permettent de garder un lien avec nos lecteurs et lectrices ...

Précieux moments, donc !

Merci au Labo des Histoires HDF, à la médiathèque de Fretin et au Centre Social de Roubaix de m'avoir accueillie pendant ces vacances de la Toussaint pour de très beaux échanges avec les enfants.


* À Fretin,

- avec les CE, on a créé des ballons messagers autour d'Un mur si haut



- avec les CM, on a créé un mur d'expression à partir d'Un mur si haut et de Tim et le Sans-Nom.











* À Roubaix,

- avec les CM et les 6ème, on a fabriqué un Carnet de Voyage au coeur de l'océan à partir de Nuit.









- avec les CE, on a créé des ballons messagers autour d'Un mur si haut.



Merci aux enfants, à Prescillia, Claire, Angel et Sofia pour ces rencontres d'automne !


Lecteurs et lectrices, médiathécaires, libraires, organisateurs de salon...

Vous me manquez !

Prenez soin de vous. J'espère vous revoir bientôt !


Et n'oublions pas que le livre nous rend vivant,

les librairies aussi ! (voir carte)

Click and Collect ! (lire ici)